L’Etat kenyan a décidé de ne pas être en rade dans le développement de l’énergie nucléaire. Ainsi, l’accélération du développement de cette ressource énergétique est devenue une priorité, selon le PDG par intérim du Kenya Nuclear Electricity Board (KNEB), Collins Juma.

Dans une déclaration publiée jeudi 15 juin, M.Juma a souligné  que des accords avec l’Agence internationale de l’énergie atomique ainsi que le gouvernement chinois pour accélérer le développement de l’énergie nucléaire au Kenya  ont été signés. Le pays de l’Afrique de l’Est avait initialement prévu d’opérationnaliser sa première centrale nucléaire de 1000 Megawatts en 2021.

Cependant, le responsable  de KNEB a expliqué qu’en raison de nouveaux défis tels que la nécessité de mettre en place l’infrastructure nécessaire, la centrale électrique ne peut être fonctionnelle qu’après 2027. Le KNEB a affirmé que la forte demande actuelle d’électricité signifie que le Kenya épuiserait ses sources d’énergie hydraulique, éolienne et géothermique vers 2025.