Par Mamadou Aliou Diallo.

La réunion du comité des experts de l’OHADA s’est ouverte ce lundi 5 juin à Conakry sous la présidence du ministre guinéen de la justice,  Cheik Sacko, et en présence  de Dorothe Cossi Sossa, secrétaire permanent de l’OHADA et Pierre Lamah, président de la Commission nationale OHADA- Guinée et président du Comité des experts. Cette rencontre se tient en prélude à la 44 e réunion du conseil des ministres de l’organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA). Pour la première fois depuis son adhésion en 2000, la Guinée qui va abriter la réunion du conseil des ministres des 17 pays membres, assure la présidente tournante de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement, et du Conseil des ministres de l’OHADA.

Le but de la réunion du comité des experts est justement de préparer la réunion du conseil des ministres de l’OHADA qui se tiendra du 8 au 9 juin dans la capitale guinéenne. Les experts juristes auront donc pour rôle au cours de cette réunion préparatoire d’examiner le projet de révision relatif au règlement et à l’harmonisation des pratiques des professionnels de la comptabilité et de l’audit dans l’espace OHADA dont le but est la mise à jour du droit et du référentiel comptable de l’OHADA.

Selon le secrétaire permanent de l’OHADA, les points inscrits à l’ordre du jour du conseil sont : le programme annuel d’harmonisation, la situation financière de l’organisation, l’examen et l’adoption du projet de règlement relatif à l’harmonisation des pratiques des professionnelles de la comptabilité et de l’audit dans les pays membres de l’OHADA. « Vous avez la lourde responsabilité  de formuler des propositions et recommandations pertinentes pour faciliter les délibérations du conseil des ministres » a notamment interpelé Dorothé Cossi Sossa.

Le ministre guinéen de la justice qui est le président du conseil des ministres estime pour sa part que le projet de règlement vise à « accroitre la transparence dans la gestion des entités et la fiabilité de l’information financière dans l’espace OHADA, en dotant les professionnelles du chiffre d’outils qui permettent de garantir par des standards élevés, la qualité de leurs interventions mais également à combler un vide en donnant une base juridique aux prestations des experts comptables en matière d’audit » a indiqué Cheick Sacko.

Il est à noter que le nouveau référentiel comptable qui sera adopté par le conseil des ministres entrera en vigueur le 1 er janvier 2018 pour les comptes personnels des entités et le 1 er janvier 2019 pour les comptes consolidés, les comptes combinés et les états financiers produits en normes internationales d’information financière (IFRS).