Au Gabon, les recettes budgétaires 2017 passent de 1.858 milliards de F CFA initialement prévus, à environ 1.715 milliards, alors que les dépenses connaissent vont augmenter de 4,2 %, passant de 1.795 milliards à 1.868 milliards. Soit une hausse d’environ 72 milliards annoncée par l’exécutif.

C’est les nouvelles dispositions prévues par un projet de loi de finances rectificative adopté  par le gouvernement dans le cadre de la mise en œuvre d’un plan de relance économique. Il devra aider à poursuivre les ajustements budgétaires sur les dépenses courantes initiés dans la loi de finances initiale, et tenir compte des réformes structurelles recommandées en décembre 2016 à Yaoundé à l’occasion d’une rencontre des chefs d’Etat de la Cemac.

Par ailleurs, ce nouveau projet de loi – qui nécessite un besoin de 172 milliards de financement au budget général  – « donnera la priorité à l’investissement, principal moteur de la croissance, ainsi qu’aux remboursements de la dette, tout en préservant les acquis sociaux ».

Cette révision intervient à un moment où le gouvernement est confronté à nombreuses grèves qui paralysent le pays. Toutefois, la gestion du personnel subit une coupe budgétaire, avec une enveloppe de 710 milliards de F CFA (pour 106.095 agents) contre 732,2 milliards (pour 104.272 agents) en 2016.

Une situation que dénonce une partie de l’opposition qui estime que « les dépenses du personnel ne prennent pas en compte les avancements indiciaires des fonctionnaires et des cotisations de l’Etat-employeur à la CNAMGS », la Caisse  nationale d’assurance malade et de garantie sociale.

 

 

 

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser