Par Mamadou Aliou Diallo 

Après deux semaines de tractations difficiles et pénibles entre la Fesabag, le syndicat des banques et l’APB, l’association patronale des banques, marquées par la fermeture des établissements bancaires pendant une semaine pour motif de grève générale illimitée, un accord à l’arrachée a été trouvé ce lundi 29 mai sous la médiation de l’inspection générale du travail et l’implication du président de la république en personne.

En dépit du fait que la fesabag ait arraché 23 % de point d’indice, c’est donc une trêve que les syndicalistes et les patrons des banques acceptent d’observer jusqu’à 4 juillet prochain.

Le contenu du protocole d’accord indique que les deux parties se sont entendues autour de 6 points sur les 11 figurant préalablement sur la plateforme revendicative, les autres n’étant pas mentionnés sur le document signé :

1- Du relèvement de la valeur monétaire du point d’indice

Les parties conviennent du relèvement du niveau général des salaires comme suit :

  • Du 1er janvier au 30 juin 2017 à 9.000 points;
  • Du 1er juillet au 31 décembre 2017 à 10.000 points.

Soit une augmentation moyenne de 16,9% sur l’année 2017. Cette augmentation aura une incidence de l’ordre de 5% sur le niveau des salaires de l’année 2018.

Les parties acceptent de réorganiser la fréquence des négociations ainsi qu’il suit :

  • 2018 : correction de l’inflation en tenant compte de l’augmentation des5%;
  • 2019 : négociation interne ;
  • 2020 : négociation par branches sur la base du taux d’inflation.
  • 2021 : négociation interne.

2- De la retraite complémentaire obligatoire

Conformément à l’accord de 1995, les parties conviennent de la mise en place de la retraite complémentaire obligatoire dans chaque banque sur la base des négociations internes.

 3- De la prise en charge des frais d’évacuation sanitaire

Les parties conviennent du principe de la prise en charge des frais d’évacuation sanitaire des employés et leurs familles sur la base des négociations internes.

4- De la revalorisation des primes, indemnités et allocations

Les parties acceptent que les primes de scolarité, de la fête du travail 1er Mai, l’allocation de mission syndicale et l’indemnité de congé restent pour le moment inchangés et seront négocier dès le 04 Juillet 2017 sous la médiation de l’Inspection Générale du Travail en même temps que les autres indemnités non discutées lors de ces négociations. En revanche, les primes de Tabaski passent de 1.100.000 à 1.500.000 ; de Ramadan de 500.000 à 600.000 ; de Noel 500.000 à 600.000 et de Maouloud 120.000 à 300.000 GNF.

5– Définir la relation de travail entre la société Burval et le secteur bancaire guinéen :

Sur ce point, le Gouverneur de la BCRG s’engage à recueillir des informations auprès de ses homologues de la zone Franc afin de clarifier le statut des sociétés similaires en vue de prendre des dispositions appropriées.

6- Du respect des délais d’expatriation :

S’agissant de cette question, le Gouvernement invite les banques au strict respect de la règlementation en la matière et engage l’Inspection Générale du Travail à effectuer des contrôles à cet effet.

7- L’application correcte et intégrale de la Convention collective signée en 2004 entre l’APB et la FESABAG

L’APB s’engage à respecter strictement les dispositions contenues dans ladite Convention surtout dans sa partie classification par Diplôme.

Conformément aux dispositions du code du Travail, Il a été retenu que nul ne sera inquiété et sanctionné pour fait de grève.

 

 

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser