Kristalina Georgieva, directrice générale de la Banque mondiale, est en visite en République centrafricaine du 18 au 20 mai 2017, afin de mesurer sur le terrain l’impact des programmes mis en œuvre par l’institution. 

Ce déplacement qui a lieu alors que le pays enregistre un regain de violence sonne comme une lueur d’espoir et l’expression du soutien de la communauté des bailleurs de fonds.

La mission permettra notamment de discuter des engagements pris par la Banque mondiale lors de la conférence de Bruxelles de novembre 2016. Au cours de cette table ronde, l’institution avait annoncé un 500 millions de dollars sur trois ans pour reconstruire la Centrafrique, soit dix fois plus que les montants qu’elle alloue traditionnellement au pays.

Pendant son séjour, Kristalina Georgieva, qui se rend pour la quatrième fois dans le pays depuis 2013, s’entretiendra avec le président de la République, Faustin Archange Touadéra, les membres du gouvernement et des différentes administrations ainsi qu’avec les partenaires de la Centrafrique. Des rencontres sont également prévues avec des associations et le secteur privé local.

La république centrafricaine avec un PIB par habitant estimée à 335 dollars est l’un des pays les plus pauvres de la planète. Après une récession chiffrée à – 36,7% en 2013, le pays remonte progressivement la pente avec une croissance estimée à 5,7% fin 2016.