bur

La Banque islamique de développement (BID) et le Burkina ont signé ce jeudi 11 mai 2017 à Djeddah au royaume d’Arabie Saoudite, un accord de prêt. Cet accord concerne, selon les officiels du ministère des finances « les ressources ordinaires d’une part et d’autre part, trois accords composés d’un service Ijarah, d’un istisna’a et d’une vente à tempérament qui est un financement mixte composé de ressources ordinaires de la BID et de Dons pour le financement du Programme de développement durable du pastoralisme dans le sahel – fonds de la vie et de subsistance ».

La signature de cet accord d’une valeur de 19 503 000 000 FCFA entre la Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Hadizatou Rosine Coulibaly et le Président de la Banque Islamique de Développement (BID), Monsieur Bandar Al Hajjar, entre dans le cadre de la politique nationale de développement du secteur de l’élevage (PNDEL) et du programme national du secteur rural (PNSR).

Selon les officiels burkinabés, l’objectif global du projet est de «contribuer à l’amélioration de la production animale pour accroître les revenus et réduire l’insécurité alimentaire dans la région du Sahel grâce à une meilleure gestion des ressources naturelles, à l’accès aux marchés et à un contrôle accru des maladies transfrontalières du bétail».

Le programme bénéficiera directement à près de 300 000 pasteurs et agro-pasteurs dans les six régions d’intervention du projet : boucle du Mouhoun, Cascades, Est,
Hauts- Bassins, Sahel et Nord.


Mamadou Aliou Diallo

 

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser