diogo-gco-08-2016-2-1“Avec un investissement de 800 millions de dollars, Gco, exploite la sixième mine mondiale de zircon”

Par Albert Savana.

Grande Cote Opérations (Gco), fruit d’un partenariat dynamique entre l’australienne MDL et le célèbre groupe minier et métallurgique français Eramet, valorise au cœur du Sénégal la sixième mine mondiale de zircon et la septième d’ilménite. Dans l’entretien exclusif accordé à Financial Afrik, l’Administrateur-Directeur Général, Daniel Marini, évoque notamment les avantages comparatifs de cette mine africaine volumineuse qui a fait l’objet d’un investissement massif de près de 800 millions de dollars.

 

 Selon plusieurs spécialistes, Grande Cote Opérations (GCO) exploiterait la troisième mine de zircon et d’ilménite au monde sur le site de Diogo à l’ouest du Sénégal. Pouvez-vous nous le confirmer ?

 

Non GCO valorise et n’exploite pas. Il s’agit en réalité de la sixième mine de zircon au monde  mais aussi de la septième mine mondiale d’ilménite. N’oublions pas que la production principale de GCO n’est pas le zircon mais de très loin l’ilménite. On parle même de 10 fois plus d’ilménite que de zircon à savoir de l’ordre de 500 000 tonnes d’ilménite pour environ 60 000 tonnes de zircon.

 

Mais c’est l’exploitation du zircon qui est la plus connue du grand public ?

C’est tout simplement parce qu’initialement le projet était destiné à l’exploitation du zircon. Une fois que MDL a réalisé et développé les études géologiques, on s’est aperçu que ce n’était pas qu’un gisement de zircon, mais ily’avait aussi un gros gisement d’ilménite c’est-à-dire de dioxyde de titane. Donc il s’agit d’un gros projet d’ilménite, avec du zircon et non le contraire.

En fait toutes les critiques reposent sur le zircon,  mais notre communication financière et technique repose essentiellement sur les deux minéraux majeurs que nous valorisons : l’ilménite (TiO2) et le zircon (ZrSiO4). Attention nous n’exploitons pas la mine,  nous valorisons  à peu près 2%. Pour l’ilménite et le zircon, nous sommes plus liés au marché du BTP et de la construction qu’au marché de la métallurgie et de l’aéronautique.

Vous savez, le zircon draine beaucoup de passion, mais il faut voir à quoi servent l’ilménite et le zircon. L’ilménite sert à 95% à faire  du pigment pour la peinture derrière des traitements métallurgiques et chimiques.

Le zircon lui est essentiellement utilisé à faire du carrelage, à plus de 95%! Pour le zircon premium de meilleure qualité, après traitement, on constate un aspect blanc laiteux des beaux carrelages espagnols, italiens ou français. Après retraitement, une toute petite partie est utilisée dans la métallurgie et la chimie, enfin une très infime partie est utilisée pour faire un produit transparent… Ce produit sert à faire des bijoux.

Précision de taille, ce produit n’est pas du diamant. A titre de comparaison,  un kilo de diamant coûte actuellement environ 200 millions de dollars, un kilo d’or est échangé à 40 000 dollars au cours actuel, un kilo de nickel est de l’ordre de 10 dollars. Eh bien un kilo d’ilménite coûte actuellement 0,14 dollars, au moment où le kilo de zircon se négocie à 0,8 dollars! Quand je vous disais, qu’hélas, il n’y avait pas de comparaison possible.


DCIM100MEDIADJI_0012.JPG

Précision de taille, ce produit n’est pas du diamant. A titre de comparaison,  un kilo de diamant coûte actuellement environ 200 millions de dollars, un kilo d’or est échangé à 40 000 dollars au cours actuel, un kilo de nickel est de l’ordre de 10 dollars. Eh bien un kilo d’ilménite coûte actuellement 0,14 dollars, au moment où le kilo de zircon se négocie à 0,8 dollars! Quand je vous disais, qu’hélas, il n’y avait pas de comparaison possible.


 

Faites nous le point de l’exploitation de l’ilménite et du zircon sur votre site de Diogo ?

 

Nous avons démarré l’exploitation de l’ilménite et du zircon mi 2014.C’est un investissement massif  de près de 800 millions de dollars  et c’est le deuxième investissement en  termes de montant en Afrique de l’ouest. Actuellement,  outre le zircon et l’ilménite, nous valorisons deux autres minéraux que sont le leucoxène  et le  rutile. Ce sont de petites quantités utilisées pour faire des baguettes de soudure et de la métallurgie. Depuis 2014,  on a engrangé des succès sur l’ilménite avec une hausse de 400% de la production  par rapport à 2014.

Pour le zircon,  il y’en a de trois  types  et là aussi on a connu un succès presque total. On est à plus de 85 % de la production nominale  et on a encore quelque 10 à 15 % à gagner. Sur le leucoxène et le rutile,  rien à signaler, on a atteint les objectifs fixés. On en est à 10 000 tonnes annuellement pour chacun des produits. Il s’agit non seulement d’une usine flottante  avec une réhabilitation et une revitalisation au fur et à mesure qu’on avance dans le projet mais aussi des usines métallurgiques de valorisation par des procédés uniquement physiques et traditionnels. Nous avons déjà réhabilité 136 hectares avec du reboisement direct. En 2017, il est prévu le reboisement de l’ordre de 250 hectares.

Nous n’utilisons absolument aucun intrant chimique  et tout est fait sur des process physiques. Outre la mine et les usines de valorisation, il y a le train. Nous disposons de notre propre train et une voie ferrée réhabilitée par GCO  à plus de 50 millions de dollars qui va de Diogo à Dakar en passant par Meckhé. GCO dispose de deux locomotives  et de 52 wagons. Nous réalisons 2 allers et retour Diogo/Dakar par jour. Nous avons aussi réhabilité la gare historique de Meckhé. Jusque dans les années 2013,  on comptabilisait 30 à 40 déraillements annuels sur cette voie de chemin de fer. Aujourd’hui, on n’en compte que deux. Le port de Dakar avec ses grosses installations nous procure beaucoup de satisfactions. L’infrastructure nous aide à convoyer et charger dans les gros navires minéraliers l’ilménite. Les autres produits le  zircon,  le leucoxène et le rutile, sont convoyés via les containers. Quelque  2500 personnes ont travaillé sur le site dès le début de l’opération en juillet 2014 en période de construction et actuellement GCO fournit  du travail à 1500 personnes à temps plein. Le développement de la région de Diogo sur tous les points est spectaculaire. L’implication sociétale de GCO est majeure est permet à la fois d’améliorer la santé, l’éducation, mais aussi la sécurité (création d’une Gendarmerie) et l’accès à la culture dans des secteurs plus reculés (expositions d’art).

 

 Quelle la structuration du capital de GCO ?

 Ecoutez, GCO est contrôlée à 10 % par l’Etat du Sénégal et à 90 % par une holding  qui s’appelle TiZir. Et  c’est TiZir qui elle-même est contrôlée à 50% par  l’Australien Mineral Deposits Limited (MDL) et à 50 % par le Groupe français minier et métallurgique Eramet .Coût de l’investissement: 650 millions de dollars sur fonds propres. Si on comptabilise les dépenses liées aux opérations de démarrage on atteint les 800 millions de dollars.

 

Quels sont les avantages comparatifs du Sénégal dans l’industrie mondiale de l’ilménite et du zircon?

 

Vous savez, avant le gisement,  le premier avantage comparatif du Sénégal c’est sa position géographique  stratégique. Le deuxième avantage, c’est la logistique  avec la voie ferrée même si GCO a dû beaucoup investir pour remettre la voie en bon état. Le troisième avantage et le principal à mes yeux: est le capital humain de classe mondiale  qu’on retrouve au Sénégal. Last but not least, nous apprécions la qualité du gisement. Il ne s’agit pas d’un gisement riche,  comparativement à d’autres gisements, mais  il est très volumineux  et il a peu de “polluants”. Ce qui nous permet de faire des produits finis de qualité minéralogique internationale et très appréciés à travers le monde.

Les Sénégalais  et les Africains en général, doivent être fiers de ce qui se fait ici, c’est du hors normes et cela rapporte d’abord aux populations environnantes. Nous sommes en droite ligne des orientations du Plan Sénégal émergent (PSE) cher au Président Macky SALL. Aujourd’hui on ne peut rien faire sans l’Afrique, c’est même une lapalissade, GCO en est une preuve vivante qui porte ses fruits au Sénégal.

 

 

 

 

 

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser