frais-carte-bancaire-inactive-300x200

En Afrique du Sud, l’industrie bancaire se heurte de plus en plus à l’ingéniosité des fraudeurs bancaires. Ces derniers usent des moyens les plus sophistiqués pour contourner la sécurité  des cartes bancaires. 

Pour preuve, les résultats sortis mardi 25 avril par le Centre sud-africain d’information sur le risque bancaire (SABRIC) pour le compte de l’industrie bancaire. Selon les statistiques, les fraudes à la carte bancaire ont globalement augmenté de 13% en 2016 par rapport à l’année 2015.

Pour le directeur général du SABRIC, Kalyani Pilla, la fraude à la carte est un phénomène mondial et que ses auteurs utilisent toujours des tactiques de plus en plus sophistiquées pour frauder les clients des banques. « Les criminels seront toujours à la recherche de failles et de faiblesses pour abuser leurs victimes », a déclaré M. Pillay lors de la publication de ses résultats.

En outre,  selon le DG, la fraude est plus fréquente au niveau de la carte non présente (CNP) liée à une carte de crédit qui a augmenté de 18,9% par rapport aux années précédentes. La fraude représente 66,8% des pertes liées à des cartes de crédit émises en Afrique du Sud, d’après les statistiques.

Cependant, la contrefaçon de carte de débit a diminué de 35% tandis que la fraude à la contrefaçon de carte de crédit est restée stable, représentant 26,4% des pertes. Cela est dû aux mesures employées par les banques pour éviter le clonage de cartes, en utilisant des technologies de puce et de code PIN, relève le centre.