african_youth_agripreneurs_forum_502

La Banque africaine de développement et ses partenaires tels que l’IITA, l’AAIN et le CTA organisent un forum africain pour les jeunes agripreneurs (AYA Forum) destinée à servir de plate-forme pour agréger les agriculteurs en Afrique et augmenter l’impact de leurs activités.

Le Forum AYA comprendra:

(a) le Forum AYA, une conférence / atelier de deux jours avec des discussions thématiques et la présentation de réussites;

(b) une compétition sur l’entrepreneuriat agricole ou Agri-Pitch qui aboutira à une sélection de trois finalistes qui défendront leurs idées lors des Assemblées annuelles de la BAD en Inde en mai 2017; et

(c) des événements parallèles comprenant un programme de formation pour mentor et incubateur.

Cette conférence et cette compétition tentent d’apporter des solutions au défi poignant du chômage des jeunes en Afrique.

L’Afrique a la population la plus jeune du monde, avec environ 60% de la population âgée de moins de 35 ans. Aujourd’hui, la majorité des jeunes en Afrique n’ont pas d’opportunités économiques stables. Il y a 420 millions de jeunes âgés de 15 à 35 ans en Afrique. Parmi ceux qui ne sont pas des étudiants, un tiers est au chômage et découragé, un autre tiers est employé de façon vulnérable, et un seul sur six occupe un emploi salarié. D’autre part, l’âge moyen des agriculteurs en Afrique est élevé (60 ans) de façon alarmante pour un continent qui espère arriver à subvenir à ses propres besoins alimentaires et à éradiquer la malnutrition d’ici 2025.

Dans le secteur agricole, le manque d’accès à la terre, aux finances, aux marchés, aux technologies et aux compétences pratiques sont des obstacles à la participation des jeunes. De plus, les jeunes partagent la perception de l’agriculture comme une carrière peu attrayante, caractérisée par un travail acharné, de longues heures de labeur, une mauvaise rémunération et une faible reconnaissance sociale.

Pourtant, il existe des possibilités d’autonomiser les jeunes dans chaque étape de la chaîne de valeur agricole comme des «agripreneurs», en exploitant de nouvelles compétences, technologies et approches. Il en résulterait davantage d’emplois pour les jeunes, une augmentation de la production alimentaire pour une population en croissance, moins de dépendance à l’égard des importations alimentaires et un solde commercial plus équilibré pour les pays africains. L’approche commerciale de l’agriculture dans laquelle la BAD s’est engagée contribuera à améliorer la productivité, la compétitivité et l’esprit d’entreprise parmi les jeunes africains.

Le programme ENABLE Youth (Empowering Novel Agri-Business-Led Employment) a montré que, avec un plus grand accès à l’entreprise agroalimentaire, les jeunes peuvent devenir la force motrice de la transformation agricole en Afrique. Avec les bonnes compétences, l’accès amélioré au crédit et un environnement propice, les jeunes hommes et femmes africains peuvent devenir de fiers propriétaires d’entreprises agroalimentaires rentables. Le succès des jeunes entrepreneurs peut aider à résoudre des problèmes sociaux aussi sérieux que l’exode rural, l’émigration clandestine maritime et l’augmentation du chômage des jeunes, tout en réduisant les risques sociétaux qui y sont associés.

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser