aeroport-fhb

Proparco a conclu ce 18 avril un prêt de 13 millions d’euros, soit 8,53 milliards FCFA, avec d’Aeria (la société concessionnaire de l’aéroport Felix Houphouët-Boigny d’Abidjan), destiné à renforcer les capacités d’accueil de l’aéroport dans un contexte d’accroissement constant du trafic.

Avec un volume de 1,8 million de passagers en 2016, l’aéroport d’Abidjan enregistre en effet depuis 2011 une croissance annuelle de son trafic de près de 16% et est en outre le seul aéroport ouest africain à accueillir l’A380. Une évolution qui occasionne une saturation des infrastructures aux heures de pointe, et qui met ainsi à nu leurs limites.

Ce financement, le second de Proparco depuis 2012, se situe dans le cadre d’un vaste programme gouvernemental d’investissement d’un coût de 63 millions d’euros visant à donner un  nouveau visage au troisième aéroport ouest africain en terme de trafic. Il a pour objectif l’extension de l’aérogare avec la construction de parking pour aéronefs et la réalisation d’une voie de circulation parallèle à la piste permettant de tripler la capacité de cette dernière aux heures de pointe.

« Dans ce projet, Proparco joue pleinement son rôle de complémentarité au marché en apportant des financements long terme que les banques commerciales locales n’étaient pas en mesure de fournir faute de ressources adéquates » a expliqué Emmanuelle Matz, responsable de la division Énergie et Infrastructures de Proparco, dans un communiqué.

Un pôle de développement 

Le développement de l’aéroport d’Abidjan permettra, note la filiale de l’AFD, d’importantes retombées socio-économiques : d’ici 5 ans, le projet devrait contribuer à soutenir le maintien ou la création de plus de 3 700 emplois en Côte d’Ivoire. L’activité d’Aeria participera également à la croissance du PIB national à hauteur de 205 millions d’euros d’ici 2021 via les salaires versés, les profits réalisés et les impôts et redevances versés à l’Etat.

A noter que ce projet bénéficie également du soutien de la banque ouest-africaine de développement (BOAD) et de la banque internationale pour le commerce et l’industrie de la Côte d’Ivoire (BICICI).

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser