assurances_841087_679x417_4

L’assurance vie française n’est plus aussi attractive qu’il y’a un an. Malgré des taux parmi les plus attractifs d’Europe, les souscriptions ont flanchés au troisième trimestre de 2016. Avec un taux d’épargne de près de 15%, l’assurance vie française ne rapporterait que 2% de prime aux compagnies d’assurances. Le rapport spécial d’A.M Best fait la lumière sur ce phénomène.

Au cours des derniers mois, l’assurance-vie semble avoir perdu une partie de son appel. Les cotisations auraient reculés de 0.6% (pour atteindre 134,7 milliards d’euro). La demande d’épargne de dépôt bancaire a dépassé de loin les souscriptions à l’assurance-vie.

Selon l’agence de notations A.M Best, « L’environnement actuel des taux d’intérêt en cours devrait continuer à éroder les marges d’investissement, ce qui entraînera de nouvelles réductions des rendements de Produits traditionnels d’épargne-vie ».

Malgré les difficultés économiques actuelles dont Paris fait face, les acteurs du secteur de l’assurance ont su garder un niveau de taux parmi des plus attractifs en Europe. Ce qui n’a pas suffit à fidéliser les clients.

 « L’environnement des taux d’intérêt bas maintient la pression sur les primes. Alors que les assureurs sont devenus plus conservateurs dans leurs stratégies de partage des bénéfices, les primes diminuent à moins de 2% pour la première fois » ajoute le rapport.

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser