La Jeune équipe de Bloomfield lors de la clôture de la Conférence
La Jeune équipe de Bloomfield lors de la clôture de la Conférence

Tenue à Abidjan le 6 avril 2017, la première édition de la Conférence Bloomfield sur le risque pays s’est penchée sur la Côte d’Ivoire, génératrice de 35% du PIB  l’Union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA) et auteur d’une croissance de plus de 9% depuis 2012.

Après les soubresauts des éléments de l’armée, il y a quelque mois, le démarrage d’une nouvelle législature marquée par l’élection de plus de 70 députés indépendants sur 250, la conjoncture changeante du cacao  et les différentes perspectives sur l’horizon politique, économique et financier de 2020, une telle conférence était forcément attendue comme le montre l’affluence, nombreuse au Radisson Blu d’Abidjan.

De la Performance macroéconomique, à la résilience aux choc externes, en passant par l’environnement des Affaires, l’indépendance de la justice, le rapport Bloomfield dévoilé à l’occasion repose sur la grille d’analyse et les standards internationaux en vigueur au sein des agences de notation. “La nouveauté, explique Stanislas Zézé, PDG de Bloomfield, est la démarche. D’habitude, toutes les évaluations des risques pays nous viennent de l’extérieur”.

Suivre la synthèse de la Conférence dans notre édition du lundi 10 avril.

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser