jacob_zuma_afrique_du_sud_rapport_president_0
On savait l’économie sud-africaine sur la sellette. Standard & Poor’s enfonce un peu plus le clou. L’agence de notation vient de dégrader, lundi 3 avril, la note souveraine de la première puissance industrielle du continent de BBB- à BB+, soit au niveau de la catégorie spéculative.

Une annonce qui vient en écho au marché qui avait tourné le dos au rand, la monnaie locale, qui se repliait  de 5% par rapport au dollar dans le sillage du limogeage de Pravin  Gordhan, le très respecté ministre des Finances.
Dans son communiqué, Standard & Poor’s, relève le fait, évoquant un risque de dérapage budgétaire. Conséquence, le rand piquait à nouveau du nez, se dépréciant de 2% par rapport au dollar ce lundi.
« Cette dégradation reflète notre conviction que les divisions au sein du gouvernement dominé par l’ANC, qui ont débouché sur des changements de l’équipe dirigeante, y compris du ministre des Finances, créent un risque en ce qui concerne la continuité politique » commente S&P, qui associe à la note une « perspective négative ». Un camouflet pour le nouveau ministre des Finances, Malusi Gigaba, qui avait affirmé vouloir maintenir la politique budgétaire de son prédécesseur.

Selon les analystes, Pretoria ne devrait pas dépasser 1% de croissance cette année.