xvm938aefb4-ef5c-11e5-9d01-b5513fe69d70

AXA Sénégal garde  son leadership sur le marché de l’assurance dommage en 2016 avec un chiffre d’affaires estimé à 12,7 milliards de FCFA. Quoique en quasi-stagnation (1,1% de hausse) sur la collecte des primes et en recul sur les parts de marché (13,5 %) , la filiale française a pu contenir les assauts du groupe Allianz. Combien de temps encore tiendront les forteresses de cette ligne Maginot? Derrière, les lignes bougent. La cadence s’accélère.

Ainsi, le groupe Allianz a bondi de 11% engrangeant un chiffre d’affaires de 11,3 milliards FCFA, sans parvenir à distancer véritablement NSIA Sénégal. En effet, la filiale du groupe ivoirien s’invite dans ce face à face franco-allemand avec un total primes de 9,5 milliards  de FCFA et une progression de 10,1%.

La première sénégalaise pointe à la quatrième place. Il s’agit de  Prévoyance Assurances, créditée d’un chiffre d’affaires de 9,1 milliards de FCFA et d’une progression de 9,7%. En cinquième position, Saham, devancée d’une courte tête, a réalisé un chiffre d’affaires en hausse de 9 milliards de FCFA en hausse de 9,6%.

En dessous de ce quinté, viennent la CNART, ASKIA, SONAM S.A et AMSA avec respectivement des chiffres d’affaires de 6,536 milliards, 6,312 milliards, 6,007 milliards et 5,231 milliards FCFA.

La queue de peloton est occupée par les compagnies SAAR (984 millions FCFA), qui aurait, susurre-a-t-on, procédé à un nettoyage coûteux suite à la séparation avec son actionnaire sénégalais, la Caisse nationale d’assurance agricole du Sénégal (859 millions FCFA), qui tente d’implementer l’assurance indicielle en milieu rural et la Mutuelle d’assurance agricole du Sénégal (115 millions FCFA).Au 31 décembre 2016, le secteur d’assurance dommage au Sénégal comptait 18 sociétés. La plupart d’entre elles font face à la logique d’un relèvement du capital minimum  de 1 à 5 milliards de FCFA dans les trois ans à venir. Edictée par la Conférence interafricaine des marchés de l’assurance (CIMA), qui regroupe 14 pays dot le Sénégal, la nouvelle loi est attendue déclencher un processus  de consolidation sans précédent. Prenant les devants, l’avisé patron de la Sonam, Diouldé Niane, doyen du secteur, a contracté une alliance capitalistique avec un groupe français (Nous le révélions dans Financial Afrik). Ce n’est que le début.