screenshot_2017-03-30-19-08-29-1
La Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) a décidé de revaloriser son taux directeur de 2,45 à 2,95%. Cette décision a été rendue publique en marge de la première session du  Comité de politique monétaire (CPM) de la BEAC de l’année 2017, tenue à Yaoundé le 22 mars dernier.

La banque centrale motive sa décision par la nécessité de juguler l’inflation dans la zone Cemac (Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale). La banque veut «freiner l’expatriation des capitaux hors de la zone Cemac, qui fait actuellement face à d’énormes difficultés de trésorerie suite à la baisse des cours mondiaux du pétrole brut, principal produit d’exportation de cinq des six pays de cet espace communautaire», a expliqué le gouverneur de la BEAC, Abbas Mahamat Tolli.        

D’ailleurs, c’est la première fois que le taux directeur de la BEAC est relevé depuis deux ans. « Depuis plus de 2 ans pratiquement, la BEAC a adopté des politiques d’assouplissement, avec notamment le relèvement des plafonds de refinancement et la baisse continue du taux directeur. Dernièrement, le CPM a procédé à la baisse du coefficient des réserves obligatoires des banques, afin de leur donner plus de marge et concourir au financement de nos économies. Aujourd’hui, la situation n’est plus la même », a-t-il déclaré.

En outre, ce relèvement du taux directeur est également consécutif aux discussions actuellement en cours entre les Etats de la Cemac et le FMI.  Ces négociations sont de bon augure pour des « financements extérieurs qui aideront à réduire les déficits budgétaires et permettront de réaliser des investissements ».