Par Nephthali Messanh Ledy 

photo_verybig_3885

Le conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé mardi 21 mars, deux nouveaux projets en faveur du Togo. Il s’agit du Projet de Filets Sociaux et des Services de Base (environ 17,5 milliards), et du Projet Emploi des Jeunes Vulnérables (environ 9 milliards de francs CFA), qui seront financés sous forme de dons par l’institution mondiale.

Destiné à aider le Togo à poursuivre la mise en œuvre de sa politique nationale de développement à la base, le premier projet s’appuie sur les bons résultats enregistrés dans le cadre des précédentes interventions de la Banque dans le développement communautaire.

« Plus précisément, le nouveau Projet de Filets Sociaux et de Services de Base (PFSSB) offrira aux communautés et aux ménages les plus pauvres, un meilleur accès aux infrastructures socioéconomiques de base et aux filets de sécurité sociale», selon un communiqué de la Banque mondiale.

« La nouvelle opération est totalement en ligne avec la stratégie actuelle du gouvernement pour la croissance accélérée et la promotion de l’emploi (SCAPE) et avec son Plan national de développement (PND) en cours d’élaboration, qui mettent fortement l’accent sur l’amélioration de l’accès aux services de base et la promotion de l’inclusion sociale», a déclaré Pierre Laporte, directeur des opérations de la Banque mondiale. « Nous sommes confiants que le nouveau projet permettra au gouvernement de répondre aux besoins des populations les plus pauvres pour un meilleur accès à l’éducation, aux soins de santé et à des opportunités économiques », a-t-il ajouté.

Quant au second projet, il s’appuie sur l’expérience acquise dans le cadre de l’approche communautaire adoptée par le Projet Education et Renforcement Institutionnel (PERI 1 et 2), et par le Projet de Développement Communautaire et de Filets Sociaux (PDCplu), tous deux financés par la Banque mondiale. Il vise notamment les communautés pauvres des cinq régions du pays et, et dont les populations (d’une tranche d’âge bien définie) n’ont pas terminé l’enseignement primaire ou qui peuvent avoir des handicaps.