La Banque mondiale a approuvé cette semaine l’attribution de deux prêts pour un total  de financements de 150 millions de dollars. La première enveloppe de 100 millions de dollars, est destinée à appuyer les objectifs poursuivis par l’Etat dans le domaine de la modernisation du système d’identification nationale. Le second prêt d’un montant de 50 millions de dollars, vise à améliorer les possibilités de financement pour les start-up et PME innovantes.

Le premier projet permettra de doubler l’impact des programmes de réduction de la pauvreté tels que le RAMED et le Tayssir, et de diriger les ressources de ces programmes vers les ménages et les individus les plus vulnérables uniquement

« Grâce au programme, environ 9,3 millions de Marocains (…) accèderont plus facilement aux programmes de protection sociale. En se dotant d’un système d’identification administré plus efficacement, le Maroc sera en mesure de mettre en œuvre des programmes sociaux mieux ciblés, avec des effets tangibles sur la population», a indiqué Diego Angel Urdinola, économiste senior à la Banque mondiale et chef d’équipe du nouveau projet, dans un communiqué.

Le second projet soutiendra un programme de financement qui investira, aux côtés d’investisseurs privés, dans des start-up et PME innovantes et en direction d’une sélection d’investissements prometteurs, en fournissant des ressources aux prestataires de services de l’écosystème entrepreneurial pour le développement de programmes de mentorat et de préparation à l’investissement. Cela concerne, entre autres, le financement  d’«Innov Invest», le fonds de capital-risque dédié aux entreprises en stade d’amorçage (Startups) et aux PME (moins de 5 ans) innovantes, géré par la Caisse centrale de garantie (CCG).

L’ensemble des engagements de la Banque mondiale au Maroc a atteint en 2016 plus de 850 millions de dollars, contre 1,05 milliard l’année précédente et 1,09 milliard en 2014.

Ce contenu pourrait également vous intéresser