Le gouvernement du Sénégal a mobilisé 508 milliards FCFA depuis 2012 pour la réalisation de projets du sous-secteur de l’assainissement couvrant la période 2012-2022, contre 145 milliards FCFA mobilisés entre 1996 et 2012.

Ces chiffres sont de Mansour Faye, ministre en charge de l’hydraulique et de l’assainissement, en marge d’une rencontre avec la presse nationale ayant pour objectif de dresser le bilan 2016 du ministère et de partager les perspectives 2017.

En milieu rural, sur la période 2017-2021, les autorités sénégalaises comptent  mettre en œuvre de grands projets qui vont permettre de mettre en place au moins 120.000 systèmes d’assainissement individuel au niveau des ménages, a annoncé le ministre.

Mansour Faye s’est dit «satisfait de son bilan de l’année 2016» en dépit, précise-t-il, de quelques «manquements dans le secteur de l’assainissement».

Dans le sous secteur de l’hydraulique urbaine, plus de 427 milliards de francs CFA ont été mobilisé entre 2015 et 2016.

En termes de perspective, le ministère de l’hydraulique prévoit la réalisation d’une troisième usine au niveau de Keur Momar Sarr ainsi que d’une unité de dessalement de l’eau de mer dans la région de Dakar.

Ces projets participeront à la mobilisation d’au moins 300.000 m3/jour, ce qui devraient  permettre au Sénégal d’être à l’abri de tout déficit en eau d’ici 2035.

En outre, l’Etat du Sénégal projette de doubler en milieu rural ce qui a été réalisé entre 2012 et 2016 pour atteindre le nouvel agenda pour les Objectifs de développement durable (ODD).

D’un autre coté, le gouvernement est en train de moderniser la gestion du service public de l’eau potable en milieu rural avec une implication optimale du secteur privé tout en maîtrisant un niveau de tarification soutenable.

Pour récompenser ses efforts consentis  en matière d’hydro-diplomatie, le Sénégal a été retenu par le Conseil mondial de l’eau pour abriter le 9ème Forum mondial de l’eau en 2021 à Dakar.


Ndeye Magatte Kébé

Ce contenu pourrait également vous intéresser