btbarclays01-29-04-2016-14-04-03-837

La Commission de la concurrence de l’Afrique du Sud a accordé à Barclays l’immunité conditionnelle contre une potentielle amende de 10% sur son chiffre d’affaires. Mais, cette immunité est entachée d’une condition. La Commission exige à ce que la banque poursuit sa coopération dans le cadre de l’enquête ouverte concernant la manipulation des prix du rand par certains établissements financiers.

« Nous avons reçu une demande de clémence de la part de Barclays / ABSA qui a collaboré et nous a donné plus d’informations », a déclaré mardi 21 février le président de la Commission de la concurrence, Tembinkosi Bonakele devant un comité parlementaire.

M. Bonakele de poursuivre : « nous avons un accord conditionnel avec Barclays sur l’immunité, mais cela est sujet à confirmation en fonction de l’étendue de leur coopération ».

La semaine dernière, le régulateur sud-africain a publié une note pour accabler 17 banques opérant en Afrique du Sud. Ces établissements financiers sont accusés de collusion où d’avoir manipulé les prix du rand par le biais d’un accord d’entente.

Certaines de ces banques ont utilisé des plates-formes de négociation telles que la plate-forme de trading de devises Reuters pour mener leurs activités collusoires. D’autres ont utilisé le système de messagerie instantanée (chatroom) de Bloomberg, des conversations téléphoniques, et ont organisé des réunions pour coordonner leurs activités collusoires.

 

Lundi, la Commission affirmait  que la section locale de Citigroup a accepté de payer une pénalité réduite de 5 millions de dollars en règlement pour son rôle dans le prétendu cartel de trading de devises après «s’être engagé à coopérer». Une immunité pourrait également être accordée à ce groupe.