900x506_324282

L’association des meuniers du Zimbabwe réclame une taxe de 40% sur le maïs importé. Cette décision est impulsée par la forte concurrence sur le marché zimbabwéen par les producteurs sud-africain du produit génétiquement modifié. 

« Les importations nuisent aux tentatives du Zimbabwe d’améliorer la sécurité alimentaire en stimulant la production locale », a déclaré le président de l’association, Tafadzwa Musarara. «Les meuniers sud-africains ont littéralement versé des farines de maïs OGM bon marché dans notre économie et il est temps que le Zimbabwe réaligne son économie en localisant la production de ses aliments de base» a-t-il poursuivi.

Cette demande laisse perplexes les expert qui voient déjà l’affaire devenir politique. “Les décisions ne sont pas prises sur la base des plaintes des meuniers, et si l’Afrique du Sud réagit, que ferons-nous?”, s’inquiète Godfrey Kanyenze, économiste de l’Institut de recherche sur le travail et le développement économique du Zimbabwe. “Nous devons faire attention et ne pas nous tirer au pied en prenant une décision populiste que nous pouvons finir par  regretter “.

Le programme de réforme entamé dans les années 2000 fut un échec et depuis, le Zimbabwe importe les céréales d’Afrique du Sud et de Zambie. Le pays aurait dépensé 7 milliards de dollars sur les importations de maïs et de produits de maïs depuis 2002. Pourtant autrefois, Harare était le principal exportateur de céréales vers ses voisins. 

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser