noix-de-cajou-olivier-pour-ja-592x296

Le gouvernement ivoirien vient d’annoncer le prix bord champ de la noix de cajou fixé cette année à 440 FCFA le kilogramme pour la campagne 2017 qui s’ouvre ce jeudi 16 février. Ce « prix plancher obligatoire » qui vaut pour les noix « bien séchées et ne comportant aucune matière étrangère » est en hausse de 90 FCFA par rapport à l’année dernière.

Revenus records et production en baisse

Pour un prix d’achat établi à 350 francs le kilogramme en 2016, les paysans ont pu écouler leur production au prix moyen de 520 FCFA, a indiqué le ministre Bruno Koné, le porte parole du gouvernement. Un niveau qui a permis à ces derniers d’engranger « 325 milliards FCFA (soit 495,5 millions d’euros, ndlr) contre 288 milliards en 2015 », en hausse d’un peu plus de 11%.

Seul bémol, la récolte s’est établi à 649 587 tonnes de noix brut de cajou, contre 702 510 tonnes en 2015, soit une baisse de 8,2%. Un recul qui pourrait s’expliquer par des conditions climatiques plus austères ou encore la fuite de la production vers les pays limitrophes.

Cap sur la transformation

L’année dernière seule 40 383 tonnes de noix ont été transformées localement, soit 6,2% de la production. Une donne qui devrait changer grâce à 5 nouveaux projets « qui vont porter la capacité à 123 500 tonnes et 13 autres projets d’une capacité de 183 000 tonnes (qui) sont à la phase d’étude en vue de leur installation en 2017 » a expliqué Bruno Koné.

« Tout cela permettra, a-t-il ajouté, de porter la capacité nominale de notre pays à près de 400 000 tonnes ce qui correspondra à peu près à 50 % de la production ». Un pas important dans la perspective du projet gouvernemental de transformer la totalité de la production localement d’ici 2020.

 

Share Button