Par Nephthali Messanh Ledy

aaeaaqaaaaaaaauhaaaajdq4n2jhytliltezyjytngi2ns1imti4ltnhzja5zmy4yzzhmg

Le gouvernement botswanais s’apprête à privatiser Air Botswana, la compagnie aérienne nationale. Cette action s’inscrit dans le cadre d’un programme de désengagement de l’État, de quelques 30 entreprises publiques jugées déficitaires.

L’appel d’offres lancé lundi 13 février à cet effet par le ministère des transports précise que l’opération est ouverte aux propositions sur diverses formes de privatisation, dont les coentreprises, le rachat de parts majoritaires, les franchises, les concessions, les partenariats avec des transporteurs aériens commerciaux ou des investisseurs potentiels «possédant la compétence de gérer un service de transport aérien viable sur le réseau Air Botswana existant ».

Ce désengagement fait suite à des difficultés financières constatées chez le transporteur qui dessert quatre lignes intérieures et deux villes sud africaines, grâce à sa  flotte constituée de quatre divers appareils. Des difficultés essentiellement dues à la vétusté des ses équipements, et une main-d’œuvre fortement élevée.

D’ailleurs, Air Botswana a lancé un plan quinquennal de redressement qui lui a permis de réduire le personnel et renoncer à certaines lignes. Résultat, une baisse significative de ses pertes d’exploitation fin 2016, à environ 8 millions de dollars.

En rappel, les précédentes tentatives de Comair, Airlink et Air Mauritius d’entrer au capital de la compagnie basée à l’aéroport international de Gaborone sont restées lettres mortes. Et les intéressés par le nouvel appel d’offres ont jusqu’au 28 février prochain pour se prononcer.