manifestation_oromo_addis_abeba_ethiopie_0
En Éthiopie, les manifestations anti-gouvernementales ont fait chuter de 20% les investissements directs étrangers. Les protestations violentes qui ont eu lieu tout au long de l’année 2016, ont pris les entreprises étrangères en cible. Pour palier aux pertes subies, le gouvernement annonce une compensation au profit des structures étrangères victimes.

Les investissements étrangers (IDÉE) ont baissé de 300 millions de dollars comparativement à l’année fiscale précédente selon Fitsum Arega, commissaire de la Commission éthiopienne des investissements, cité par les médias locaux. Aussi, le gouvernement éthiopien pourrait manquer son objectif annuel de mobiliser 3,5 milliards de dollars d’IDE.

Parmi les entreprises touchées, celles du Milliardaire Nigérian Aliko Dangote et des entités Hollandaises de transformation de fruits. « Les compensations devraient tourner autour de 100 millions de birr (4,4 millions de dollars) déjà décaissés, » a déclaré Fitsum.

Les manifestations ethniques des Oromo et Amhara ont poussé le gouvernement à déclarer l’Etat d’urgence en octobre dernier. Les révolutions qui sévissent depuis la fin 2015 ont été causées par la dépossession présumée des terres, la marginalisation politique et de la répression étatique à l’endroit de ces groupes linguistiques minoritaires. Quelque 600 personnes ont trouvé la mort des mains des forces de sécurité selon les associations des droits de l’homme.

Néanmoins, la dynamique économique éthiopienne se poursuit avec une augmentation de 7.5% contre 9.1% sur les cinq dernières années.