La Conférence Ministérielle de l’Afrique Centrale sur l’Emploi des Jeunes s’est conclue hier à l’Hôtel Hilton de Yaoundé sur une note extrêmement positive, avec la participation record de plus de 200 participants, comprenant de hauts responsables gouvernementaux – Ministres (Finances et Emploi Jeunes), des organisations de jeunes, des chefs d’entreprises, des universitaires et des représentants de la société civile.

La rencontre avait pour but de forger des partenariats et travailler à l’amélioration des politiques, stratégies, programmes et projets axés sur l’emploi des jeunes et l’esprit d’entreprise dans la région.

La conférence a débuté avec un vibrant témoignage du jeune entrepreneur Fabrice Olomo qui a exposé à l’auditoire les défis des jeunes entrepreneurs, et démontré l’énorme potentiel de la jeunesse africaine lorsqu’elle bénéficie d’un appui, pour la prise en charge de son propre avenir.

La stratégie pour l’emploi des jeunes en Afrique (SEJA) a été déclinée tout au long de la journée et les participants ont pu se familiariser avec les programmes phares de la Stratégie. Les panélistes ont exploré les pistes de solutions durables à la crise du chômage des jeunes, son impact à moyen et long terme, et l’amélioration du climat des affaires permettant de créer des emplois décents et durables.

Le Représentant Résident de la Banque africaine de développement (BAD) au Cameroun Racine Kane,  a souhaité la bienvenue aux participants et exprimé ses remerciements au Gouvernement du Cameroun pour l’accueil chaleureux à cet événement d’importance organisé par la Banque. Il ajoute : « C’est pour apporter une réponse efficace à cette grave problématique, que la Banque à travers une approche coordonnée, a adopté sa Stratégie d’emploi des jeunes »

La population de l’Afrique croît rapidement et atteindra 2 milliards d’individus d’ici 2050. On s’attend à ce que le nombre de jeunes africains double, pour passer de 480 à 840 millions d’individus en 2050. L’Afrique sera alors le continent avec le plus grand nombre de jeunes au monde. À moins de créer des opportunités d’emploi pour ces derniers, leur croissance démographique rapide pourrait engendrer de graves enjeux sociaux, économiques, politiques et sécuritaires.

Le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Louis Paul Motaze a reconnu l’importance de la problématique de l’emploi des jeunes et ajouté que « le chômage expose nos jeunes aux nombreux fléaux et aux frustrations. C’est dire les conséquences pernicieuses que génère la précarité des jeunes, tant sur l’avenir de nos économies que pour la stabilité de nos Etats. »

 «Si nous ne créons pas des opportunités d’emploi pour ces derniers, la croissance démographique rapide des jeunes africains pourrait engendrer de graves défis sociaux, économiques, politiques et sécuritaires.» avait averti le président de la BAD, Akinwumi Adesina lors du lancement de la série de conférences ministérielle des principales régions de l’Afrique à Abidjan le 18 Octobre dernier. Il avait alors martelé l’urgence d’agir sur la question en déclarant « Si l’avenir est à la jeunesse, on accuse déjà un retard pour nos jeunes » afin de leur offrir un accès au crédit et un financement abordable pour leurs projets. »

La prochaine Conférence ministérielle sur l’emploi des jeunes en Afrique pour la région Afrique australe se tiendra à Pretoria en Afrique du Sud le 27 Février 2017.

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser