Par Nephthali Messanh Ledy

Pour Mme Sylvie Benissan-Messan (au micro), l’AGOA Togo 2017 devra permettre aux exportateurs de s’unir pour que les exportations décollent

Le Togo accueille en août prochain, le 16e forum de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA). Une rencontre dont les femmes veulent aussi tirer profit, surtout celles togolaises.

En effet, réunies ce mardi 7 février à Lomé, le Programme d’échanges pour les femmes entrepreneurs africains (AWEP) a communiqué sur son opportunité pour le Togo et surtout pour les femmes togolaises, productrices et transformatrices qui exposent déjà aux États-Unis ou qui en ont le potentiel.

Pour Sylvie Benissan-Messan, présidente de la section Togo du programme, «nous rentrons aujourd’hui dans une dynamique tournée vers la production et l’exportation et qui se donne pour objectif d’aider le plus grand nombre d’hommes et femmes Togolais à être sur le marché américain ».

Votée en mai 2000 par le Congrès américain, l’AGOA, loi sur la croissance et les opportunités de développement en Afrique vise, entre autres, à promouvoir le commerce et les investissements entre les États-Unis et l’Afrique subsaharienne d’exporter sur le marché américain sans droit de douanes.

La prochaine rencontre de Lomé devra « permettre à tous les exportateurs de s’unir pour que les exportations décollent et les productions s’affirment », a souhaité Mme Benissan-Messan.

En rappel, AWEP Togo est l’une des 31 associations d’AWEP en Afrique qui regorge plus de 1.600 membres. Elle vise à contribuer à la mise en commun des expériences et compétences pour les échanges commerciaux destinés à l’export en général et vers les États-Unis en particulier et à l’élargissement des marchés des entreprises de femmes Togolaises.

Ce contenu pourrait également vous intéresser