Par Aïda Lo 

ZagrebRO 0009
ZagrebRO 0009

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a poursuivi son effort dans la région du sud et de l’est de la Méditerranée (SEMED) en 2016, avec de nouveaux investissements de plus de 1,3 milliard d’euros dans 41 projets. C’est pratiquement le même volume d’investissements que pour 2015 avec 37 projets soutenus.

Dans l’ensemble de la région (Egypte, Jordanie, Maroc et Tunisie), la Banque a continué de fournir un appui solide en 2016 avec un puissant programme d’investissements qui a contribué à moderniser les économies et à les rendre plus robustes et plus résistants. Les investissements ont été réalisés, essentiellement, dans les secteurs de l’énergie et des énergies renouvelables, ainsi que dans les infrastructures, l’agro-industrie et les petites et moyennes entreprises (PME).

Les faits saillants des investissements de la BERD l’année dernière comprenaient une enveloppe de 140 millions de dollars (environ 130 millions d’euros) à la banque QNB Alahli pour les prêts aux PME et des projets d’efficacité énergétique en Égypte.

En Jordanie, la Banque a financé six grands projets d’énergies renouvelables d’une capacité totale de plus de 400 MW dans le cadre de ses efforts visant à renforcer la sécurité énergétique et à promouvoir les sources d’énergie renouvelables.

Au Maroc, la Banque a accordé un prêt de 24 millions d’euros à Elephant Vert, un producteur local de bioferrtilisants, biopesticides et biostimulants. C’est la première entreprise dans la région qui se consacre exclusivement au développement et à la production d’une gamme complète d’intrants biologiques innovants. La Berd octroie également un prêt de 28 millions d’euros en faveur de la Compagnie minière de Touissit (CMT) visant la modernisation de la mine de TIGHZA.

En Tunisie, la BERD continue de soutenir les petites entreprises en accordant un prêt de 4 millions de dinars (1,6 million d’euros) à l’institution de microfinance Microcred Tunisie SA pour le refinancement des micro, petites et moyennes entreprises, axées sur le développement des régions pauvres et des entreprises dirigées par des femmes.

Depuis 2012 -date à laquelle la BERD a démarré ses activités dans la région- l’investissement global de l’institution dans les quatre pays SEMED a atteint près de 4,8 milliards d’euros dans 118 projets. L’Égypte arrive en tête des pays bénéficiaires du soutien de la BERD avec un montant cumulatif de plus de 2,029 milliards d’euros. Le Maroc, deuxième, a reçu en 4 ans plus de 1,124 milliard d’euros. La Jordanie est troisième avec 773 millions d’euros. Et puis la Tunisie où la banque européenne a investi plus de 348 millions d’euros.

Ciblant des secteurs clés de l’économie, les investissements de la BERD ont été accompagnés d’une assistance technique et d’un dialogue sur les politiques visant à améliorer l’environnement des affaires et attirer ainsi davantage d’investisseurs du secteur privé dans la région. Ainsi, 75% du montant investi correspond au secteur privé.