Par Ndeye Magatte Kebe

M. Béchir Madet, ministre tchadien du Pétrole

Les autorités tchadiennes ont annoncé  mercredi, 25 janvier 2017, la fermeture des dépôts et stations-services reconnus coupables d’importation frauduleuse des produits pétroliers. Pour cause, le gouvernement avait interdit, depuis septembre 2016, l’importation des produits pétroliers des pays voisins.

Le Tchad étant pays pétrolier dont la raffinerie de Djarmaya, à 35 kilomètres de la capitale N’Djaména, raffine depuis le 30 juin 2011, le brut de deux champs pétroliers dans la région du Chari Baguirmi, a décidé d’interdire toute importation des pays voisins, notamment, le Cameroun, le Nigéria et la Libye. Le ministre du Pétrole, M. Béchir Madet, a déclaré, à cet effet que, l’importation frauduleuse des produits pétroliers a atteint un niveau critique. M. Béchir Madet dénonce, « des individus possédant des dépôts et  des stations services s’adonnent à la fraude transfrontalière des produits pétroliers ».

Ainsi, dans l’optique d’arrêter cette hémorragie qui a causé un manque à gagner énorme pour le trésor public, en septembre 2016, il a été pris un arrêté conjoint (finances et pétrole) interdisant l’importation des produits pétroliers sur l’ensemble du territoire national.

Béchir Madet déplore l’importation de produits pétroliers des pays voisins provoquant une mévente des produits de la raffinerie de Djarmaya. Pour tirer cette situation au clair, la société de raffinage de N’Djaména a diligenté une enquête faisant ressortir que des stations-services implantées à N’Djaména et partout ailleurs au Tchad, ne se ravitaillent pas en produits raffinés localement.

Share Button