Par Mamadou Aliou Diallo 

ef60364f224305d0b9f19741ec3fdf58_l

Quelques mois après la revendication des femmes mareyeuses de Conakry suite à l’entrée en lice des Chinois dans la commercialisation du poisson en Guinée, une situation qui était contraire à la règlementation locale et qui avait amené celles-ci à manifester, le ministre guinéen de la pêche, de l’aquaculture et de l’économie maritime,  André Loua et l’ambassadeur de Chine en Guinée, Bian Jianqiang, se sont entendus pour collaborer dans la lutte contre la pêche illicite non déclarée et non règlementaire, INN. Les bateaux battant pavillon Chinois étaient constamment accusés de pêche illégale dans les eaux guinéennes.

La Guinée et la Chine se sont entendues sur la mise en place de mécanismes de contrôle, notamment l’inscription de tout navire devant pêcher dans les eaux guinéennes dans un registre international de classification ou la confirmation des caractéristiques techniques du navire par l’autorité de l’État du pavillon ; l’autorisation préalable de l’État du pavillon en faveur du navire et celle d’exercer des activités de pêche en dehors des eaux maritimes sous juridiction nationale entre autres.

la Guinée a été retirée de la liste noire de l’union européenne des pays tiers non coopérants en matière de pêche INN le 10 octobre 2016, trois ans seulement après avoir été inscrite sur cette liste.

Depuis, les autorités s’activent pour être en conformité avec les normes européennes afin de bénéficier de l’ouverture sur le marché de l’union européenne.

 

Share Button