Par Nephthali Messanh Ledy

Sani Yaya, ministre togolais des finances, et Cemile Sancak, chef mission du FMI

C’est une nouvelle main tendue du Fonds monétaire international (FMI) au Togo. Une équipe du Fonds vient de valider un programme économique de Lomé, destiné à réduire le déficit budgétaire global pour garantir la viabilité de la dette à long terme, à recentrer les politiques sur la croissance et à remédier aux faiblesses du secteur financier.

Selon sa déclaration faite ce mercredi à Lomé, il s’agit d’un programme qui pourrait être appuyé par un accord au titre de la Facilité Élargie de Crédit d’un montant de 176 millions de DTS (environ 238 millions de dollars EU), soit 120 % du quota du Togo au FMI.

A un taux d’intérêt nul et sans commission, le remboursement devra se faire sur 10 ans, à compter de la cinquième année après approbation du Conseil d’administration du fonds mondial en avril prochain. « Un financement exceptionnel », commente  Cemile Sancak,  chef de la mission.

Elaboré par les autorités togolaises, ce programme vise à améliorer les conditions de vie des populations et à maintenir un environnement macroéconomique stable compatible avec la viabilité de la dette publique, selon Sani Yaya, ministre de l’économie et des finances. Fort optimiste quant au niveau de la dette au terme de cet accord palliatif qui cible un excédent du solde primaire de 2 % du PIB d’ici 2019 (base caisse, dons compris).

« Le gouvernement renforcera le solde primaire pour rétablir progressivement la viabilité de la dette publique », a déclaré  Cemile Sancak.

Par ailleurs, le programme comprend un ensemble de réformes visant à accélérer la mise en œuvre de réformes clés de l’administration des recettes et la gestion des finances publiques, le renforcement de la gestion de la dette, la résolution des faiblesses des banques publiques et l’accompagnement du développement du secteur privé.

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser