ad-galileo-signature-1
Amadou Diaw, fondateur de la business School ISM, signant le pacte avec Galileo/Providence.

C’est finalement le tandem Galileo/ Providence qui a remporté la bataille stratégique pour la prise de participation dans le capital de la business school ISM (Institut Supérieur de Management),  l’une des premières du Sénégal et d’Afrique.  Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé.

Galileo, 3ème opérateur mondial, et Premier opérateur en Europe, soutenu par Providence Equity, dernier arrivé dans la course, seulement au début de cet été, a emporté la mise, sous la direction de Marc –François Mignot Mahon, à la grande surprise de tous les acteurs du secteur.

 

A l’occasion, Amadou Diaw, fondateur de l’ISM, a qualifié l’opération d’un enjeu pour le futur: “Le Groupe ISM, dont je suis le fondateur, célèbre ses 25 ans et entre dans une nouvelle phase de son développement. Nous avons opté pour l’ouverture de notre capital à un partenaire de rang mondial et leader dans son domaine, Après nous, les grandes écoles africaines ouvriront largement leurs portes aux opérateurs internationaux et aux fonds d’investissement. L’avenir des systèmes éducatifs réside dans une ré-invention. L’enjeu du futur, pour ces systèmes éducatifs, sera en effet d’être capable de former des hommes et des femmes qui seront à la fois des scientifiques, amoureux des lettres et des Arts et des littéraires curieux des sciences. Ceci est notre conviction profonde. »

L’affaire ne fut pas facile en raison des appétits nombreux autour de la business school sénégalaise.

Au tout début, il y avait le fonds  Emerging Capital Partners (ECP). Premier arrivé sur le terrain, le géant américain au portefeuille panafricain de 7 milliards de dollars a perdu du temps dans son round d’observation. Les poulains de Vincent Leguennou seront vite rejoints par d’autres fonds. Les discussions dureront 18 mois.

Face aux nombreuses offres, Amadou Diaw,  fondateur de l’ISM il y a 25 ans,  a véritablement mesuré la valeur de son groupe, et opté pour une mise en concurrence et un appel à manifestations d’intérêt. Il a fait appel à Marie Odile Kantoussan, directrice de CGF Bourse  et à l’avocat Barthelemy Faye  de Cleary, Gotlieb Steen and Hamilton pour mener cette opération à terme.

Ce deal majeur accentue une tendance notée ces cinq dernières années et qui a vu des acteurs de private equity prendre position sur  le secteur éducatif en Afrique.  Parmi les deals marquants:

LAUREATE au Maroc ( l’Université Internationale de Casablanca )

-AFRICINVEST en Tunisie (ESPRIT )

-ACTIS en Tunisie (Université Centrale) puis au Maroc (Mundiapolis)

-ECP au Kenya

-DPI au Maroc avec UPM (Université Privée de Marrakech)

-ENKO en partenariat avec I/P (Severino) poursuit la création des Lycées Internationaux.

–  Au même moment AMETHIS opte pour la santé en Côte d’ivoire notamment.

 

Après  de belles opérations menées notamment en Afrique du Nord (Maroc et Tunisie), les acteurs s’orientent vers le reste de  l’Afrique via Dakar,   hub de l’Education en Afrique Subsaharienne.

Pour rappel, Galileo qui gère 50 écoles et universités, est le  1er opérateur européen dans l’éducation et 3 ème opérateur mondial. Son slogan  est « Transformer l’enthousiasme des jeunes en réussites professionnelles ».   Quant à Providence Equity, il s’agit du leader mondial dans le capital investissement spécialisé en  médias, communication, éducation et information.

 

 

 

 

 

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser