dsc_8648
En poste depuis janvier 2012, Pascal HOUANGNI AMBOUROUE (à droite sur le premier plan), Directeur Général de la BVMAC, mise sur la formation pour populariser la Bourse.

Le compartiment action n’a pas enregistré de nouvelle introduction en 2016 à la Bourse des Valeurs Mobilières de l’Afrique Centrale (BVMAC). La place commune aux pays de la CEMAC (Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale) compte une seule société cotée, Siat Gabon, restée sur un niveau de cotation de 28 500 FCFA.

Lors de l’inauguration de la nouvelle salle de marché, en juillet 2016, le président gabonais, Ali Bongo, avait  indiqué la voie à suivre. «Je souhaite voir beaucoup plus d’entreprises gabonaises inscrites à cette bourse. (…) Il est clair que nous allons soutenir un instrument comme celui-là, car il rentre dans le cadre de la diversification de notre économie».

Sur le compartiment obligataire par contre, l’on dénote une certaine effervescence qui ira crescendo en 2017 selon les observateurs.. sur l’année 2016, nous avons relevé une nouvelle émission en juillet  d’un emprunt Gabon de l’Etat Gabonais (EOG 6,50% NET 2016-2021) d’un montant de 98 milliards FCFA destiné au financement des infrastructures de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) prévue en janvier 2017. 

La grande nouveauté reste l’arrivée, en cette mi-décembre 2016, du Congo sur ce marché obligataire. Brazzaville  a en effet introduit auprès de l’autorité de régulation du marché financier de l’Afrique Centrale un dossier relatif à un emprunt obligataire par appel public à l’épargne d’un montant de 150 milliards de FCFA, dénommée « EOCG 6,5% net 2016-2021 ». Il s’agit du troisième  pays, après le Tchad et le Gabon, à venir tester sa signature sur le marché sous-régional. Compte tenu des resserrements du marché international de la dette et des limitations à venir sur les mécanismes des avances statuaires de la Banque Centrale (BEAC),  beaucoup d’animation est à attendre sur ce compartiment obligataire en 2017.

Share Button