dg1
Gerard Mangoua (à gauche) serrant la main de Michel Abrogoua, en février 2016, lors de la conclusion d’un deal structurant pour le secteur pharmaceutique régional.

En Afrique subsaharienne, la taille du marché du médicament devrait atteindre 5 milliards de dollars d’ici à 2018. Michel Abrogoua, fondateur du groupe financier ivoirien, Phœnix Capital Management (PCM), a anticipé cette évolution. Il a donc positionné fermement en 2016, le fonds de capital investissement de son groupe, le West Africa Emerging Market Growth Fund (WAMGF), comme un catalyseur de cette dynamique en réussissant l’exploit de conclure un partenariat stratégique inédit avec le groupe Ubipharm, leader régional dans la distribution de produits pharmaceutiques et parapharmaceutiques.

Concrètement, l’objet de ce partenariat est le financement du plan d’expansion continentale du groupe pharmaceutique dont la mise en œuvre est assurée par sa filiale, Ubipharm Développement (UD), créée en janvier 2015. L’opération a consisté, de ce fait, en deux augmentations du capital d’UD. Celui-ci a été porté au final à 4,1 millions d’euros (FCFA 2,7 milliards). Le WAEMGF qui rentre dans le capital d’UD, en détient 49% et Ubipharm S.A a conservé les 51% restants.  Le WAEMGF a consolidé un peu plus encore, en cette année  2016 finissant, son statut de fonds africain œuvrant à l’affirmation de champion continentaux.

 

Cette alliance est aussi le produit de la vision de Gérard Mangoua, Directeur Général et Fondateur du groupe Ubipharm.  Ubipharm, le groupe international, leader régional dans la distribution de produits pharmaceutiques et parapharmaceutiques,  est en plein extension de son réseau d’affaires dans de nouveaux marchés d’Afrique subsaharienne.

Pour accroître la capacité d’intervention du groupe, Gérard Mangoua a consenti stratégiquement, à ouvrir à un fonds de capital investissement africain, le West Africa Emerging Market Growth Fund (WAEMGF), le capital de sa filiale chargé du développement, Ubipharm Développement (UD). Il a noué ainsi un partenariat qui lui permet, certes, d’étendre sa présence dans l’espace francophone continental avec en point de mire les nouveaux marchés de la Guinée, de la Mauritanie, du Madagascar, de Djibouti mais, bien plus encore, d’attaquer les pays anglophones.

Le marché subsaharien de médicaments va doubler d’ici à 2018, et le groupe Ubipharm est déjà positionné pour profiter de cette expansion. Son modèle économique, unique en son genre, assis sur un réseau constitué de 14 sociétés de répartition pharmaceutique réparties dans 11 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre  et 3 Départements et région d’Outre-mer avec 1 200 pharmaciens actionnaires, 3 500 officines clientes, plus de 400 laboratoires, l’y prédispose. En 2014 le groupe a réalisé un chiffres d’affaires de 572 millions d’euros.

 

 

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser