Lancée il y a quelques mois par les fermiers du sud-ouest du pays, près de la ville de Kumba, le texte a recueilli 180 000 signatures.
Lancée il y a quelques mois par les fermiers du sud-ouest du pays, près de la ville de Kumba, le texte a recueilli 180 000 signatures.

D’après des informations de Radio France internationale, une pétition contre l’exploitation abusive des terres a été remise le mercredi 21 décembre, au président camerounais, Paul Biya. Lancée il y a quelques mois par les fermiers du sud-ouest du pays, près de la ville de Kumba, le texte a recueilli 180 000 signatures. La pétition demande au président camerounais de ne pas renouveler la concession de l’entreprise SGSOC, filiale de l’Américain Herakles Farms qui exploite des palmiers à huile.

A l’origine de cette affaire qui dure depuis six ans et suscite la colère des populations de cette région du Cameroun, l’attribution en 2009 d’une concession d’exploitation de près de 80 000 hectares de terre et pour 99 ans à une agro-industrie spécialisée dans le palmier à huile. La levée de bouclier qui s’en était suivie avait déjà conduit à un premier arbitrage du chef de l’Etat, qui avait ramené cette concession à 20 000 hectares pour une durée d’exploitation provisoire de trois ans. C’était en 2013.

L’entreprise avait par ailleurs pour obligation de réaliser un certain nombre d’investissements sociaux au bénéfice des populations environnantes, en plus des impôts qu’elle devait reverser dans le Trésor public. D’après une source proche de l’ONG Greenpeace, aucune de ces exigences n’a été satisfaite par cette entreprise qui se serait plutôt distinguée par son appétit toujours croissant pour les terres.

 

Elizabeth K

Share Button