Par Élisabeth K,

eht

C’est l’une des informations qui ressort de la quatrième session ordinaire du Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), tenue ce mardi 20 décembre 2016 à Yaoundé au Cameroun.

D’après le communiqué de presse signé du président du CPM, par ailleurs gouverneur de la Banque centrale, Lucas Abaga Nchama : « le CPM a noté une décélération de la croissance économique, plus prononcée qu’initialement prévu, en liaison avec les effets dépressifs de la morosité du secteur pétrolier sur la demande intérieure et sur le secteur non pétrolier ».

Lors de la session de juillet dernier, le CPM tablait pourtant sur 1,7% de croissance en 2016. Les autres indicateurs restent tout aussi inquiétants. La remontée de l’inflation, bien que le taux devrait rester autour du seuil de 3%. Le creusement du déficit budgétaire qui se situait en juillet dernier  à 7,9% du PIB. Et le taux de couverture extérieure de la monnaie qui descend à 50% contre 62,7% il y a quelques mois. La Banque centrale a maintenu son taux directeur inchangé. Idem pour le taux d’intérêt sur placements des banques, les coefficients de réserves obligatoires et le taux de rémunération des réserves.

La réunion des ministres en charge des Finances et de l’Economie des six pays membres de la Communauté économique et Monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC),qui se tient ce jeudi 22 décembre 2016, servira de cadre de réflexions pour proposer aux chefs d’Etat, des solutions concrètes pour inverser la tendance.

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser