Par Mamadou Aliou Diallo 

image

Le Congrès électif du conseil national du patronat Guinéen (CNP-Guinée) qui avait été annoncé pour le 10 décembre a finalement eu lieu, et à l’issu duquel Elhadj Mohammed Habib Hann, président de l’Association professionnelle des assureurs de Guinée a été élu.  

Les trois autres candidats en lice étaient Sékou Cissé, directeur Général de Global Mining Service, qui était opposé à Kaba Guiter et revendiquait l’intérim à la tête du patronat, El Hadj Daouda Dabo, président de la Confédération Nationale des Agriculteurs, Planteurs et des Eleveurs de Guinée, Domani Doré, ancienne Ministre des sports. Il est toutefois important de préciser que sur les quatre candidatures en lice, deux des quatre candidats étaient absents aux congrès dont Sékou Cissé. La participation au congrès de ce dernier et de l’écrasante majorité des fédérations à la base semble conférer une certaine légitimité au président nouvellement élu. Nous l’avons interrogé sur cette question.

De l’avis du nouveau président du CNP-Guinée, il n’y a plus de place pour la polémique, la crise, selon lui, est désormais un lointain souvenir  ” je peux vous dire que la crise est finie. Nous voulons aller dans la logique de mobiliser les gens et de travailler au lieu de polémiquer sur le passé, nous avons une vision et un plan d’action pour ce patronat. La crise est finie, la souveraineté est avérée, lorsqu’on tient un congrès électif et que les fédérations s’expriment, je pense qu’il n y a plus de crise, c’est terminé… ” a sans détour réagi Habib Hann.

 

Le nouvel élu appel au rassemblement

Sur les clivages et la profonde division qui déchirent l’instance suprême du patronat Guinéen ”Désormais, Il n’y a qu’un seul camp, c’est celui des guinéens, les opérateurs économiques dans l’ensemble constituent une famille d’opérateurs, ils sont réunis en assemblée générale. Ils sont départis complètement par la souveraineté des fédérations, il n’y a pas autre chose à faire maintenant, du reste ce qu’on a à faire, c’est de les appeler tous pour qu’on bâtisse ensemble la Guinée..” a t-il laissé entendre.

Elhadj Hann nous explique que son élection à la tête du CNP-Guinée ne saurait souffrir de contestation  ”ce congrès électif convoqué normalement à la majorité des fédérations présentes, que le congrès se tienne devant les représentants des institutions républicaines, devant les représentants des patronats frères, devant les huissiers de justice et devant 26 fédérations sur 36…” il n’y a plus de place pour le doute et la contestation nous a t-il en substance fait comprendre.

” Ce qui m’intéresse, c’est de faire en sorte que ce Patronat soit un outil à la disposition des opérateurs économiques et pour le bien du secteur privé ” a souhaité le nouvel élu.

 

Le camp de Kaba Guiter, le grand perdant de cette bataille…?

Ansoumane Kaba qui n’a pas pris part à ce congrès, et qui jusque là se revendiquait comme le président du CNP-Guinée en vertu du congrès antérieur organisé par son camp, qui l’avait porté à la tête du conseil et qui, suite à une procédure judiciaire déclenchée par son rival Sékou Cissé, avait été invalidé par la justice, semble désormais dans une mauvaise posture.

La récente sortie du ministre de la justice Cheick Sacko affirmant que ” le congrès ayant élu kaba Guiter est nul et de non avenu”  scelle définitivement les espoirs légaux de ce dernier et de ses supporters pour le contrôle du conseil patronal et mieux, son principal adversaire et l’essentiel des fédérations ont pris part au congrès ayant conduit à l’élection du nouveau président.

 

Share Button