Le dernier rapport consacré par le McKinsey Global Institute aux perspectives  économiques  de  l’Afrique montre que la dynamique d’émergence du continent, même ralentie, reste solide.

Surtout, la poursuite de l’essor africain recèle trois grandes opportunités pour le Maroc : celle d’accroître ses débouchés commerciaux, celle de densifier ses liens économiques avec l’Afrique de l’Est et le Nigeria, en forte émergence, et enfin, celle de renforcer la coopération technique en diffusant les bonnes pratiques du modèle marocain.

mgi

Par-delà les turbulences économiques et monétaires liées à la chute des cours  des matières premières et aux évolutions politiques, les économies africaines devraient continuer de croître à un rythme soutenu – c’est le principal enseignement du rapport « Les Lions en mouvement II – Réaliser le potentiel économique de l’Afrique» publié fin septembre par le McKinsey Global Institute, think tank indépendant adossé au cabinet de conseil McKinsey. L’Afrique devrait ainsi rester la deuxième région du monde en plus  forte croissance d’ici la fin de la décennie, et selon les prévisions, les dépenses des ménages et celles des entreprises devraient y progresser de 1600 milliards USD à horizon 2025.

Outre que le Maroc devrait s’inscrire dans cette dynamique  favorable, le rapport du McKinsey Global Institute fait ressortir qu’il est particulièrement bien positionné pour tirer profit de cet essor, et qu’il pourrait notamment saisir trois grandes opportunités :

1. L’opportunité  d’accroître  les  débouchés  commerciaux  à  l’export  du  Maroc.

L’accroissement des échanges intra-régionaux constitue l’une des priorités identifiées par le McKinsey Global Institute, alors que l’Afrique dépend encore beaucoup des importations. Sur ce créneau, le Maroc pourrait accroître ses parts de marché à l’export, tant pour les biens que les services.

Concernant les produits manufacturés, le Maroc  pourrait  viser,  en  l’espace  de  dix  ans,  de  faire  passer ses  exportations  automobiles  vers  l’Afrique  de  1,6  à  7  milliards  MAD,  ses  exportations  agroalimentaires de  1,4  à  5,9  milliards  MAD,  et  ses  exportations  de  matériel  électrique  de  1,5  à  4,5  milliards  MAD.  La consommation  pour  ces  catégories  de  produits  devrait  être  tirée  surtout  par  deux  segments,  les consommateurs  de  classe  moyenne  mondiale  et  les  consommateurs  émergents,  qui  disposent  d’un pouvoir  d’achat  discrétionnaire.  Géographiquement,  c’est  au  Nigéria  et  en  Afrique  de  l’Est  que  ces segments  connaîtront  la  croissance  la  plus  rapide.

Pour  les  services,  le  Maroc  dispose  d’un  avantage  concurrentiel  dans  les  activités  financières  et services  professionnels,  notamment  à  travers  la  plateforme  Casablanca  Finance  City.  Il  pourrait  mettre à  profit,  par  exemple,  l’essor  attendu  des  produits  d’assurance-vie  dont  la  collecte  serait  susceptible  de progresser  de  20  milliards  USD  d’ici  2025,  et  les  besoins  de  financement  de  projets,  avoisinant  les  150 milliards  USD  par  an  dans  les  infrastructures  seules.

2.  L’opportunité  de  densifier  les  liens  économiques  avec  l’Afrique  de  l’Est  et  le  Nigeria.

Le  Maroc  dispose  traditionnellement  en  Afrique  de  liens  économiques  privilégiés  avec  l’Afrique  de l’Ouest  francophone,  mais  il  devrait  aussi  raffermir  ceux  qu’il  a  commencé  d’établir  avec  certain  pays d’Afrique  anglophone,  en  particulier  le  Nigéria  et  l’Afrique  de  l’Est.

Première  économie  d’Afrique,  le  Nigéria  devrait  générer  à  lui  seul  15  %  de  la  croissance  des  dépenses de  consommation  du  continent  d’ici  2025,  ainsi  que  23  %  de  la  croissance  des  dépenses  des entreprises.  L’Afrique  de  l’Est  (Ethiopie,  Kenya,  Rwanda  et  Tanzanie)  devrait  afficher  un  dynamisme comparable.

«  Deux  vecteurs  prioritaires  peuvent  aider  le  Maroc  à  conforter  son  rôle  économique  dans  ces  régions  à haut  potentiel,  indique  Yassir  Zouaoui,  directeur  associé  de  McKinsey  au  bureau  de  Casablanca  et  coauteur  de  l’étude.  Il  s’agit  d’abord  des  champions  nationaux  devenus  champions  africains,  en  particulier dans  les  secteurs  bancaire  et  de  l’assurance,  les  télécoms  et  l’industrie,  mais  également  l’agriculture  et les  fertilisants,  critiques  dans  la  transformation  agricole  de  l’Afrique  de  l’Est.  Ces  champions  pourraient jouer  un  rôle  opportun  de  «  tête  de  pont  »  en  s’implantant  dans  ces  zones  ».  Le  second  vecteur d’importance  est  la  logistique,  commerciale  et  aérienne  :  il  conviendrait  notamment  de  renforcer  les liaisons  aériennes  avec  les  principales  métropoles  d’Afrique  de  l’Est,  comme  Nairobi,  Kigali  ou  Adis Abeba,  qui  sont  en  plein  essor  aujourd’hui,  et  d’envisager  l’établissement  de  plateformes  logistiques régionales  à  même  de  favoriser  le  commerce  inter-régional  ».

3.  L’opportunité  de  renforcer  la  coopération  technique  du  Royaume.

Le  modèle  Marocain  est  cité  à  plusieurs  reprises  dans  le  rapport,  notamment  son  expérience  réussie d’attraction  d’investissements  industriels.    D’autres  pays  d’Afrique  pourraient  ainsi  vouloir  s’inspirer  des politiques  menées  par  le  Maroc  depuis  les  années  90,  et  qui  répondraient  à  leurs  enjeux  actuels  ou  à venir,  par  exemple  en  matière  de  développement  des  logements  sociaux,  d’électrification  rurale,  de formation  professionnelle  ou  d’attraction  d’investissements  étrangers.  A  cet  égard,  le  Royaume  pourrait renforcer  ses  programmes  de  coopération  technique,  et  apporter  son  expertise  dans  ces  domaines prioritaires  pour  le  continent.

«  En  définitive,  conclut  Yassir  Zouaoui,  il  y  a  tout  lieu  de  se  réjouir  des  perspectives  de  croissance  à long  terme  de  l’Afrique.  A  l’heure  où  d’autres  parties  du  monde,  sur  lesquelles  le  Maroc  s’était beaucoup  appuyé  pour  initier  l’émergence,  multiplient  les  signes  d’un  ralentissement  prolongé,  le Royaume  dispose,  grâce  à  la  dynamique  africaine,  de  réelles  opportunités  sur  lesquelles  s’appuyer  afin de  poursuivre  sa  trajectoire  de  développement  ».

Ce contenu pourrait également vous intéresser