Par Élisabeth K 

cameroun_camair_co_cjean_pierre_kepseu

La réduction des charges est une donnée importante dans la relance de la Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co), que la nouvelle équipe dirigeante s’attelle à mettre en application. Pour l’année prochaine, celle-ci est évaluée à près de 16 milliards FCFA, a indiqué le directeur général de la compagnie aérienne, Ernest Dikoum.

L’une des premières concrétisations, c’est le déménagement des locaux loués par l’entreprise à Akwa, le centre commercial de Douala, la capitale économique camerounaise, pour regagner la direction générale à Bonanjo, le quartier administratif. Autre ajustement pour la réduction des coûts d’exploitation, l’acquisition des deux 737 qui, jusqu’ici, étaient en location. Une décision de la présidence de la République a été prise le 14 décembre dernier afin de finaliser cet achat. Pour réduire aussi les charges, les responsables de Camair-co ont procédé à la suppression de certains avantages : les frères et sœurs des employés ne voyagent plus gratuitement, les charges de téléphone ont été diminuées, etc.

Par ailleurs, lors d’une conférence de presse ce lundi 19 décembre 2016, Ernest Dikoum a tenu à démentir formellement la cessation d’activités de la compagnie aérienne, une rumeur qui a circulé dans les médias ces derniers jours.

« Les statuts de Camair-Co nous demandent de gérer la compagnie avec tous les moyens possibles qui peuvent être propres ou loués en termes d’équipement pour pouvoir gérer la mobilité de nos clients».

D’où la location d’un avion ATR de 64 places qui a d’abord servi au transport pendant la Coupe d’Afrique des nations féminine 2016 organisée par le Cameroun et qui effectue les vols ces jours-ci.

Ernest Dikoum a insisté sur un point : le fait qu’un avion d’une compagnie aérienne soit immobilisé, qu’une compagnie aérienne puisse réduire ses fréquences ou éliminer certains points d’opérations, ne veut pas dire que ladite compagnie ne se porte pas bien et n’a rien à voir avec la cessation de ses activités.