finance
L’argentier du Congo, Calixte Nganongo, s’attend à un grand intérêt des investisseurs suite à ce premier emprunt obligataire de son pays sur le marché financier de la CEMAC.

Des lecteurs nous signalent que notre article du 8 décembre intitulé “trois firmes arrangent un emprunt obligataire pour le Congo” comporte quelques confusions sur l’identité des structures qui ont arrangé l’opération.  Ainsi, Ecobank est le principal arrangeur et chef de file aux côtés des co-arrangeurs et co-chefs de file que sont  ASCA Groupe Attijariwafa représenté par Crédit du Congo et  BGFI Bourse.

Les structures spécialisées citées dans l’article et  que sont Financia Capital, LCB Capital, La Financière, CBT Bourse ont contribué à l’opération sans en être arrangeurs.

Pour rappel, ce premier emprunt obligataire du Congo, portant sur  150 milliards de FCFA, rémunéré à un taux de 6,5% net d’impôts, arrive à maturité en 2021.  La période de souscription est étalée du 15 au 23 décembre 2016 tandis que la date de jouissance des titres retenue sera le deuxième jour ouvré après la clôture de l’opération. La cérémonie officielle du lancement de l’opération a eu lieu le 15 décembre à Pointe-Noire, en présence de Calixte Nganongo, ministre des Finances, du Budget du Portefeuille Public.

Au delà de la mobilisation des fonds recherchés, cette opération est un véritable test pour le Congo qui subit de plein fouet les conséquences de la baisse du cours de pétrole sur le marché international.

 

 

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser