Par Mamadou Aliou Diallo

fesabag-768x576

Le Congrès électif pour le renouvellement du leadership à la tête de la principale et puissante fédération syndicale des banques, assurances et microfinances de Guinée qui a démarré depuis le 9 décembre dernier a connu son épilogue ce mercredi 14 décembre à Conakry. À la tête de cette fédération depuis cinq ans, le camarade Abdoulaye Sow de la BICIGUI (Banque internationale pour le commerce et l’industrie de Guinée) relevant de groupe bancaire français BNP Paribas a été plébiscité et reconduit à la tête de la Fesabag.

Quant au nouveau bureau, il est constitué de 27 membres dont la composition touche tous les aspects de la vie des travailleurs du secteur financier. Cette équipe aura désormais à faire face aux nouveaux défis qui assaillent le travail dans le secteur de la finance.

”Nous avons mis en place une équipe de choc! Cette nouvelle équipe est issue de la volonté de l’ensemble des élus du secteur financier guinéen qui vient de tous les acteurs qui nous composent, notamment les banques, les institutions de microfinance, les assurances et les structures affiliées. Au cours de ce congrès, nous avons passé en revue le rapport d’activité de la mandature précédente, le rapport financier, tout le monde a validé et on a senti que nous sommes une fédération hautement responsable, capable de donner de l’espoir et de faire en sorte que les travailleurs du secteur financier soient dans de bonnes conditions, c’est une fierté et je pense que tout le monde s’attendait à ça. Je suis encore déterminé, totalement déterminé à servir cette Fesabag pour qu’elle soit ce qu’elle a été au temps de Dr Ibrahima Fofana ou faire plus pour immortaliser l’œuvre qu’il avait entreprise et faire en sorte qu’après nous, les jeunes qui vont également continuer notre œuvre comprennent qu’il y a eu un travail important qui a été abattu et qui sert l’ensemble du secteur sans discrimination, sans considération subjective. Tous les travailleurs sont égaux chez nous,  nous les traitons de la même manière. il n’y a pas de problème à la Fesabag, c’est pourquoi toutes les centrales syndicales en république de Guinée sont fières de cette fédération qui est un carrefour aujourd’hui, vous pouvez vous en convaincre!” à réagit Abdoulaye Sow.*

 

Les revendications de la Fesabag

Sur la situation des récentes revendications de la Fesabag, le président de la Fesabag a salué des avancées ” Vous savez les revendications sont permanentes, les problèmes sont inhérents à la vie et à toute activité. Donc chaque année, nous revendiquons et je puis vous rassurer que nous trouvons de la satisfaction. Par exemple l’indice à été valorisé depuis notre installation à hauteur de 60 %, c’est une performance et nous avons affronté tous les défis qui assaillent le secteur financier guinéen, notamment les dénis de justice, les jugements mal rendus ou rendus en défaveur des banques, en ne tenant pas compte de la réalité. Nous avons affronté les menaces, l’entrave à la liberté syndicale et à travers le monde, nous nous sommes exprimés sur tous les problèmes qui concernent les syndicalistes, notamment ceux qui sont privés de liberté, les syndicalistes en zone de guerre ou en situations difficiles. Nous avons fait des déclarations pour les soutenir et nous avons engagé un combat au niveau de la Fesabag qui rejoint une assertion de Albert Einstein qui dit que ”tant qu’il restera un seul pauvre à travers le monde, nous serons débout face au combat pour qu’il n y ait plus de pauvres dans le monde ”.

 

La Situation qui a prévalu à l’organisation du Congrès

Aucune difficulté selon Abdoulaye Sow ” dans l’unité, dans la solidarité, dans la Concorde et c’est la cinquième année que l’ancienne équipe était là, il fallait la renouveler, donc nous avons inséré beaucoup de jeunes dynamiques, qui ont la volonté de servir cette fédération qui est aujourd’hui la meilleure fédération de la république de Guinée et un exemple dans la sous région et voire la meilleure fédération au monde. Je voudrais vous donner comme exemple, dans les autres pays de la sous région, Ecobank n’est pas syndiqué, nous on est syndiqué à 100 % donc à chaque fois qu’on se retrouve, la Guinée est devenue un exemple, partout on nous cite dans le cadre de la défense des droits des travailleurs et du travail en république de Guinée..” a t’il laissé entendre.

 

Candidat en lice?

”En fait, je peux vous dire que ”ce n’était même pas une élection’’, c’est une reconnaissance des éfforts que j’ai fourni personnellement durant la mandature et j’ai été plébiscité, tout le monde a vote pour moi.  Vu mes performances, il n’y a  pas eu d’adversaires”

Le président réélu de la Fesabag nous a décliné quelques unes de ses priorités pour cette nouvelle mandature

” Elles sont nombreuses, la première priorité, c’est la formation. Vous savez, on dit tant vaut l’école, tant vaut une nation, si vous n’avez pas de formation, vous n’avez aucune capacité ou disposition qui vous permette d’analyser les problèmes, de faire face aux problèmes pour trouver des solutions; faire en sorte que les travailleurs vivent décemment. Un travailleur des banques ou des microfinance doit être dans les conditions et vivre décemment, donc nous avons beaucoup d’objectifs dont entre autres le renforcement des capacités par la formation; lutter contre les licenciements arbitraires dans les institutions bancaires; préserver la sécurité des travailleurs, faire en sorte que les travailleurs du secteur financier guinéen aient un revenu qui correspond à leur statut, que nous soyons au niveau de nos confrères de la sous région parce qu’ il n’y a pas de raison que nous ayons le même temps de travail et que nous ne soyons pas payés comme eux. Donc notre combat, c’est de vraiment comme je l’ai dit tantôt que tous les travailleurs du secteur financier se sentent bien dans leurs métiers et qu’ils aient un revenu qui puisse les distinguer des autres privés et des fonctionnaires guinéens” à t’il égrène.

À noter que ce congrès s’est tenu en présence des secrétaires généraux des centrales syndicales CNTG-USTG.