Par ndeye Magatte Kebe

berd

A travers ce programme, la BERD compte renforcer son soutien au secteur privé des pays arabes de la région Sud et Est de la Méditerranée (SEMED). Il s’agira de permettre aux petites et moyennes entreprises (PME) locales d’entrer en contact avec de plus grandes sociétés expérimentées pour constituer des chaînes de valeur plus durables et axées sur les exportations.

Selon le communiqué de la BERD, le  programme  permettra de redynamiser des secteurs qui en ont grandement besoin, comme l’agriculture, les activités manufacturières et les services, ainsi que les technologies de l’information et des communications, dans  le but d’améliorer la compétitivité et les échanges commerciaux.

L’Union Européenne pour sa part, soutient ce projet « jugé innovant » en apportant un financement de 25,6 millions d’euros pour aider les entreprises à améliorer leurs procédés de production et à ajouter de la valeur à leurs produits et services.

 «La contribution de l’UE devrait permettre de lever jusqu’à 140 millions d’euros sous forme de financement de la BERD pour soutenir plusieurs centaines d’entreprises au Maroc et en Tunisie, en les préparant à améliorer leurs normes et à augmenter leurs échanges avec l’Union européenne, le plus grand marché mondial», souligne la même source  .

La BERD a également lancé un Programme d’inclusion financière au profit des micros, petites et moyennes entreprises (MPME ou TPME). Programme qui a pour but de favoriser leur accès au financement au Maroc, en Égypte, Jordanie et en Tunisie.

Le top management de la Banque a révélé que «La BERD accordera 100 millions d’euros au moyen de lignes de crédit à des institutions financières partenaires, qui serviront à appuyer des MPME locales». L’accès au financement reste l’un des principaux obstacles à la croissance des entreprises et au développement dans ces pays.

«Le financement de l’UE, soit 27,6 millions d’euros, permettra aux institutions locales partenaires de mieux connaître ce segment essentiel du marché (les MPME, ndlr) afin de lui proposer de meilleurs services à l’avenir. Il soutiendra également le dialogue sur une approche adaptée en matière de réforme de la réglementation afin d’instaurer des conditions favorables aux affaires et aux investissements».

À noter que depuis le début de ses opérations dans la région SEMED en 2011, la BERD a investi plus de 4 milliards d’euros dans les 4 pays arabes concernés : 2 milliards d’euros en Égypte, plus de 1 milliard d’euros au Maroc, 700 millions en Jordanie et 350 millions en Tunisie.

 

Share Button