Par Mamadou Aliou Diallo

billets

Dans une circulaire en date du 30 mars 2016, la banque centrale Guinéenne (BCRG) annonçait sa volonté de retirer de la circulation les anciennes séries de billets de coupure de 5000 GNF, datant de 1985, 1998, 2006, 2010 et 2012 à partir du 1 janvier 2017. La BCRG vient de réitérer cette décision en direction des agents économiques détenteurs d’encaisses en ces coupures.

Si les opérateurs économiques ne trouvent pas d’inconvénients dans cette mesure de démonétisation de la BCRG, ils soulèvent cependant des réserves sur le timing d’application de la décision. Certains parmi eux, par la voix du président du Goha (groupe organisé des hommes d’affaire), ont estimé que la date limite fixée, pour l’entrée en vigueur de l’application de cette décision, (le 31 décembre) ne leur laisse pas suffisamment de temps pour échanger toutes les coupures en leur possession et risque donc de créer de sérieux problèmes. Ils redoutent même une « crise économique » qui pourrait en découler.

D’après Chérif Abdallah du Goha, son organisation a, depuis l’annonce de cette décision, fait des démarches allant dans le sens de l’allègement pour permettre aux opérateurs d’avoir suffisamment le temps et la commodité nécessaire pour échanger les séries qui sont concernées par le retrait.

Malgré le courrier adressé par le Goha à la banque centrale, Cherif Abdallah, le président de cette association patronale d’opérateurs économiques que nous avons interrogé, nous a déclaré que la banque centrale n’a toujours pas réagit à leur requête « Nous n’avons pas encore reçu de réponse ni de réaction  de la banque centrale. Nous leur avons adressé un courrier il y a deux semaine, nous n’avons pas reçu de réponse. Cela nous a poussé à passer par les médias pour faire une déclaration. Nous sommes donc dans l’attente que la BCRG réagisse à notre requête. Nous avons demandé à ce qu’il y ait un report, la multiplication des guichets pour faciliter les échanges des anciennes séries et que les nouvelles séries de 5000 GNF admissibles au-delà du 31 décembre soient suffisamment disponibles dans les différentes banques pour éviter que les opérateurs économiques ne perdent de l’argent, parce que d’autres sont jusqu’ à l’intérieur du pays » nous a t-il confié.

Le Goha prévient « Si la banque centrale nous saisi officiellement, nous sommes disposés à les accompagner dans cette mesure, sinon nous ne pouvons faire leur travail à leur place, mais nous n’accepterons pas que nos membres perdent de l’argent pour rien »  averti le responsable de l’association des opérateurs économiques.

Nos tentatives pour l’heure, d’avoir une réaction du Gouverneur de la banque centrale se sont avérées infructueuses.

Share Button