le-maroc-a-accueilli-la-cop22-cette-annee-photo-afp

La  COP22  avait  été  annoncée  comme  la  COP  de  l’action  pour  la  mise  en  œuvre  de  l’Accord  de  Paris. Elle  aura  surtout  été  la COP  de  la  préparation de  l’action,  en  initiant  la  préparation  d’un  cadre  de mise  en œuvre.  Elle aura été  largement consacrée aux  pays  les  plus vulnérables notamment africains. Les  négociations  ont  été  lentes et  difficiles, tout  en permettant  certaines avancées.  

Deux documents  officiels sortent  de  cette  COP  (http://unfccc.int/2860.php)  :

– Les  décisions  du  CMA1  (Parties  ayant ratifié l’Accord  de  Paris)  et  de  la COP22  ;

– La  proclamation  de  Marrakech  pour  le  climat  et  le  développement  durable  :  une déclaration politique  reprenant  les  points  essentiels  de  l’Accord  de  Paris,  en  réaction  à  l’élection  du nouveau  Président  des Etats-Unis.

L’organisation  de  cette  COP  et  l’accueil  marocain  ont  été  salués  par  tous  et  ont  facilité  les  dialogues entre représentants du  monde  entier.

Résultats  des  négociations  

Les  discussions sur le  «  dialogue  de  facilitation  » qui aura lieu en 2018  et  qui vise  à clarifier  la  manière dont  seront  rehaussés  et  évalués  les  engagements  des  Etats,  n’ont  pas  permis  d’arriver  à  un consensus.  Les  débats  à ce  sujet  sont  repoussés  dans la perspective  de  la  COP23  prévue  à Bonn  en  fin d’année  2017.

Le  mode  de  fonctionnement  de  cette  COP  de  Marrakech  et  le  rythme  des  négociations  semble  être redevenu  celui qui prévalait  avant  l’Accord  de  Paris.

Un  décalage  évident  a  été  ressenti  entre  les  déclarations  politiques  lors  du  segment  de  haut-niveau du  15  au  17  novembre  qui  appelaient  à  une  accélération  de  l’action  et  les  résultats  des  négociations. Un  autre  décalage  a  existé  entre  le  foisonnement  des  activités  de  la  société  civile,  notamment marocaine,  et  les  négociateurs.  La  séparation  hermétique  entre  la  zone  bleue  (Etats  et  négociateurs) et  la  zone  verte  (société  civile)  apparaît  comme  un  frein  pour  faciliter  la  prise  en  compte  des messages  de  la société  civile.

Parmi les  points  transversaux  à retenir  qui vont  impacter le  domaine  de  l’eau  :

– Les  pays développés  ont  réitéré  leur volonté  d’atteindre  les  100  milliards  USD  par  an à partir de  2020. Cependant,  de  sérieuses  divergences  subsistent  entre  les attentes des  pays du  sud  et  la réalité  des  crédits  mis  en place  ainsi  que  concernant    la répartition  de  ces  fonds entre adaptation  et  atténuation.

– L’adaptation  a  été  au  cœur  des  débats  du  fait  des  pays  en  développement.  Une  décision  a été  prise  en  ce  qui  concerne  la  recapitalisation  du  Fond  d’Adaptation  à  hauteur  de  80 millions  d’euros pour l’année  à  venir,  principalement  par l’Allemagne.

– Concernant  l’atténuation,  les  négociations  sur  le  prix  du  carbone  ont  été  vives  et  prendront du  temps  avant  qu’une  décision  puisse  être  prise.

– Les  discussions  pour  la  préparation  d’un  programme  de  travail  sur  l’agriculture,  seul  secteur pris en compte  dans les  négociations, n’ont  pas permis de  trouver  un  consensus.  Aucun  autre programme  de  travail  sectoriel n’a  été  initié.

– La  révision  du  mécanisme  de  Varsovie  sur  les  pertes  et  dommages  liées  aux  catastrophes naturelles  a  permis  d’avancer,  avec  la  prise  en  compte  des  pertes  humaines  liées  aux catastrophes  et  des  pertes  culturelles  liées  aux  migrations.  Ceci  étant,  aucune  décision  n’a été  prise  sur  les  financements  pouvant  être  mis  en  place  dans ce  secteur.

– Un  réel  avancement  est  à  noter  sur  le  renforcement  des  capacités  avec  la  définition  de termes  de  référence.  L’attention  a  été  fortement  portée, en  particulier  par  les  pays   africains, sur  la  nécessité  d’un  appui de la communauté  internationale pour  améliorer  les  capacités  des acteurs  à  transformer  les  contributions  volontaires  en  programme  d’actions  climatiques  et  à concevoir  des  projets  répondant  aux  critères  de  bailleurs  de  fonds.  Ces  derniers,  en particulier  l’AFD,  ont  tous  annoncé  leur  volonté  de  mieux soutenir les  pays  dans  ce  sens.

– Le  4ème  pilier  de  la  COP  mis  en  place  à  Paris  en  2015,  l’Agenda  de  l’Action,  a  constitué  un segment  intéressant.  Les  deux  Championnes  pour  le  climat,  Hakima  El  Haite  et  Laurence Tubiana,  ont  lancé  le  «  Partenariat  de  Marrakech  pour  l’Action  Globale  pour  le  Climat  » (http://unfccc.int/files/paris_agreement/application/pdf/marrakech_partnership_for_global _climate_action.pdf)  entre  les  Parties  et  les  acteurs  non  étatiques  pour  la  mise  en  œuvre  des NDCs.  Elles  ont  annoncé  qu’aurait  lieu  en  début  d’année  une  réunion  destinée  à  faire  un bilan  des  priorités  et  que  seraient  établis  des  dialogues  régionaux  entre  acteurs.  Le  mandat de  Laurence  Tubiana s’est  achevé  et  la  Ministre  de  l’Agriculture  des  îles  Fidji lui succède.

Quelle  place  pour  l’eau  dans  cette  COP  ?  

Pour  la  première  fois  dans  une  COP,  l’eau  a  été  réellement  visible,  avec  une  journée  dédiée  le  9 novembre  en  zone  bleue  (http://unfccc.int/paris_agreement/items/10038.php)  et  une  demi-journée dédiée  la  veille  en zone  verte.

Les  points  essentiels soulevés  lors de  la  restitution  en  plénière  devant  les  deux  championnes  :

– Water  is  climate  and  climate  is  water;

– L’eau  et  l’énergie  (leur accès  et  leur sécurisation) doivent  être  traitées  en  commun  ;

– Les  bassins  hydrographiques  sont  l’échelle  pertinente  pour la gestion  des  ressources  en  eau  ;

– Une  approche  multi-secteurs est  nécessaire  ;

– Finance,  connaissance  et  gouvernance  sont  les  piliers  nécessaires  pour  un  accès  à  l’eau efficient  et  durable  ;

– Plusieurs  initiatives  ont  été  engagées,  dont  Water  for  Africa  et  la  mise  en  place  d’un  réseau international  de  parlementaires  pour  l’eau.

De  très  nombreux  évènements  se  sont  tenus  sur  la  thématique  de  l’eau,  tant  en  zone  verte  qu’en zone  bleue,  organisés  par de  nombreux  acteurs du  monde  entier.

Le  slogan  «  ClimateIsWater  »  a  été  largement  repris  dans  les  deux  enceintes  la  COP,  assurant  une forte  visibilité  de  cette  initiative  et  de  l’eau.

L’action  du  PFE  à  Marrakech  

Le  PFE a lui-même  organisé  6  évènements sur des thématiques  variées  et  porteuses  de  perspectives  : l’eau  et  le  climat  dans  les  territoires  insulaires  ;  l’évaluation  des  solutions  d’adaptation  dans  le domaine  de  l’eau  ;  les  conséquences  humanitaires  du  changement  climatique  dans  le  Sahel  ;  eau  et climat,  mieux  connaître  pour  mieux  gérer  ;  les  solutions  des  acteurs  de  l’eau  français  face  au changement  climatique  ;  les  coopérations  entre  organismes  de  bassin  français  et  étrangers  pour  une meilleure  gestion  des  ressources  en  eau.

En  outre,  le  PFE  disposait  d’un  stand  en  zone  société  civile  qui  a  été  visité  par  des  centaines  de visiteurs  très  concernés  par  l’eau  et  le  changement  climatique.  La  plaquette    «  mieux  connaître  pour mieux  gérer  » du  PFE, publiée  à  l’occasion  de  la  COP22  a été  très  appréciée.

La  riche  mobilisation  des  acteurs  de  l’eau  français  présents  à  Marrakech  a  largement  participé  au succès  de  ces activités  et  à  la visibilité  de  leurs savoir-faire.

Le  PFE  a  pu  exprimer  ses  attentes  auprès  du  Président  de  la  République  française  et  de  la  Ministre Ségolène  Royal  pour  que  la  France  porte  le  sujet  de  l’eau  dans  les  négociations  de  Marrakech  et  à l’avenir.  L’échange  d’information  entre  les  membres  de  la  délégation  gouvernementale  française  et les  autres  acteurs  français  concernant  les  avancées  des  négociations  mériterait  à  l’avenir  d’être renforcé.

Le  PFE  s’est  efforcé  d’être  un  messager  entre  la  zone  verte  et  la  zone  bleue.  Il  a  engagé  des discussions  informelles  avec  les  négociateurs  de différents  pays  et  avec  des  membres  du  Comité  de l’Adaptation.  En  amont  de  cette  COP,  le  PFE  a  plaidé  pour  la  nomination  d’un  représentant français au  sein  de  ce  Comité.  Cela  est  désormais  chose  faite.

Conclusion

Cette  COP22  a  constitué  une  COP  de  transition  qui  a  vu  une  prise  en compte renforcée  de l’adaptation  et  une  visibilité  forte  de  l’eau.  Ceci  étant,  les  négociations  n’ont  pas permis  de  définir  un cadre  concret  pour  la  mise  en œuvre  de  l’Accord  de  Paris.  L’objectif  fondamental  des  négociations d’ici 2018  sera  de  fixer ce  cadre  afin  de  mettre  en  place  les  outils  nécessaires  à  cette  mise  en œuvre.

On  peut  s’interroger  à  nouveau  sur  l’efficacité  de  ce  type  de  processus  onusien  face  à  l’urgence climatique.  Fort  heureusement,  le  dynamisme  des acteurs  non-étatiques  constitue  d’ores  et  déjà  une force  d’action  très  positive  pour l’atteinte  des  objectifs définis à  Paris.

Enfin, les  COP  se  révèlent  être  un  lieu incontournable  d’action  pour le  PFE  et  ses  membres  à  l’avenir.

Share Button