La Société Africaine de Réassurance (AFRICA RE) a été créée le 24 février 1976 à Yaoundé, Cameroun – sur recommandation de la Banque Africaine de Développement, (BAD) – avec la signature par les plénipotentiaires de 36 Etats Membres de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) et ladite Banque d’un Accord International (Statuts), ce, en vue de réduire la sortie des devises du continent africain, grâce à la rétention d’une part substantielle de primes de réassurance. Ce document connu sous l’appellation d’Accord Portant Création de la Société Africaine de Réassurance confère à l’AFRICA RE son statut et le pouvoir légal de mener ses activités. A ce jour, elle compte 42 Etats Membres et la BAD qui en est l’actionnaire le plus important (200 actions). L’Accord habilite tout Etat Membre à transférer à ses institutions nationales, notamment les banques ou compagnies d’assurances, le pouvoir d’acquérir les actions qui lui sont réservées.

Afin de permettre aux cédantes de participer davantage à la Société et d’être associées à sa gestion, un tiers du capital a été ouvert en 1992 aux compagnies d’assurances ayant un actionnariat national majoritaire. Un certain nombre de sociétés ont déjà souscrit et libéré les actions qui leur ont été allouées. Il a été en outre décidé d’élargir le Conseil d’Administration aux représentants des compagnies d’assurances en leur réservant trois sièges.

 OBJECTIFS ET FONCTIONS

L’objectif de l’AFRICA RE tel que défini à l’Article 3 de l’Accord Portant Création de la Société est « de promouvoir le développement des activités nationales d’assurance et de réassurance dans les pays africains, favoriser la croissance des capacités de souscription et de rétention nationales, régionales et sous-régionales, et soutenir le développement économique de l’Afrique ».

Pour ce faire, elle entreprend un certain nombre d’activités dont la souscription d’affaires de réassurance conventionnelles ou facultatives, la création et la gestion de Pools, la contribution à la création d’institutions d’assurance et de réassurance à tous les niveaux, l’investissement de fonds en Afrique pour aider au développement du continent, la fourniture d’une assistance technique aux pays africains, la promotion des contacts et de la coopération entre les institutions d’assurance et de réassurance etc.

 CAPITAL ET POLITIQUE EN MATIERE
DE PAIEMENT DE DIVIDENDES

L’AFRICA RE a un capital autorisé de 50 millions $E.U. divisé en 5000 actions d’une valeur de 10 000 $E.U. chacune. A la création de l’Institution, le montant libéré, sur le capital autorisé de 15 millions $E.U., s’élevait à 4,6 millions $E.U.. Ce chiffre représentait alors la moitié de la valeur des actions souscrites (5 000 $E.U. par action) par la BAD et les Etats membres fondateurs, dont la prise de participation était déterminée en fonction de la taille des marchés d’assurance respectifs.

Jusqu’en 1992 – exception faite de l’exercice 1981 où des dividendes ont été distribués – la politique en matière d’affectation des résultats consistait, après constitution des réserves techniques nécessaires, à reporter à nouveau la part de bénéfice non distribué, ce afin de renforcer la base financière de l’AFRICA RE. C’est ainsi que les augmentations de capital ci-après ont pu être réalisées:

i)   en 1988, le bénéfice non distribué a été utilisé pour payer, au nom des actionnaires, la moitié du capital appelé mais non encore libéré (4,6 millions $E.U.);

ii) en 1992, ce profit a également permis de distribuer 681 actions gratuites d’une valeur totale de 6,81 millions $E.U..

Suite à ces décisions et à l’ouverture en 1992 du capital aux compagnies d’assurances éligibles, le capital libéré s’élève à ce jour à 23,9 millions $E.U. et les fonds propres à 50,1 millions $E.U. au 31 Décembre 2000. La valeur actuelle de l’action, dont toute compagnie ou Etat désireux d’adhérer à la Société devra s’acquitter, est de 20.009 $E.U. soit une augmentation de plus de 200% depuis la création de la Société, et restera en vigueur j jusqu’au 30 juin 2002.

En ouvrant le capital aux compagnies d’assurances et de réassurance, la politique   d’affectation des résultats de la Société a été révisée par l’Assemblée Générale ainsi qu’il suit:

i) affectation de 50% du profit net à la réserve générale jusqu’à ce que les montants cumulés atteignent au moins le niveau du capital libéré, ce, pour renforcer la base financière de la Société,ii) distribution, à concurrence d’un maximum de 25% de ce bénéfice, à titre de dividendes afin de rémunérer raisonnablement le capital investi, pour autant que ces dividendes n’excèdent pas 10% du capital libéré,

ii) report à nouveau du reliquat.Ainsi en 1998, un dividende de 300 $E.U. par action a été payé aux actionnaires, soit un taux de rémunération de 3%.(1996 et 1997 : 250 $E.U. par action)

Share Button