Par Ibrahima Dia Junior 

champ-gazier-de-tamar-credit-moshe-shaiflash90

La Mauritanie et le Sénégal sont déterminés à accélérer le processus de signature de l’accord de coopération intergouvernemental pour l’exploitation du gisement gazier grand tortue/Ahmédine (situé à 125 kilomètres au large des côtes des deux pays).

Dans un communiqué publié mercredi 16 novembre, les deux parties s’engagent mutuellement à approuver d’ici la fin de l’année 2017, où au plus tard en début 2018, la décision finale d’investissement.

Selon la même source, une réunion tripartite entre le ministre mauritanien du pétrole, de l’énergie et des mines, Mohamed Abdel Vetah et son homologue sénégalais de l’Energie et du développement des énergies, ainsi que le directeur général de Kosmos Energy s’est tenue à Paris. Le but de cette rencontre est d’accentuer et de finaliser le processus d’exploitation commune.

Pour réussir le pari de la gestion collégiale du champ transfrontalier du Grand tortue/ahmédine, la Mauritanie et le Sénégal comptent se référer à « l’accord Frigg » conclu en 1976 entre le Royaume-Uni et la Norvège qui a permis une exploitation rationnelle des ressources en gaz naturel entre les deux pays .

Découvert en janvier 2016, la fiche technique du champ gazier grand-tortue /Ahmédine révèle que les installations pour l’exploitation du complexe seront situées sur l’océan, à 8 kilomètres des côtes sénégalo-mauritaniennes. L’investissement est estimé à 10 milliards de dollars us et qu’il est le plus important gisement en Afrique de l’ouest avec des réserves estimées à 450 milliards de m3.

 

Share Button