Par  Jean Mermoz-Konandi, envoyé spécial à Marrakech 
20161116_124854
C’est devant un parterre de personnalités africaines de premier plan que des investisseurs institutionnels du continent ont décidé de se coaliser afin de lever des ressources supplémentaires pour appuyer les projets en faveur du climat en Afrique.

A l’initiative du groupe Caisse de Dépôt et de Gestion du Maroc (CDG), premier investisseur institutionnel du royaume, un réseau d’investisseurs africain à été lancé ce 16 novembre en marge de la COP 22 à Marrakech, dans la perspective de relever les défis financiers liés aux engagements climatiques des États du continent.
Ce nouveau cadre créé en partenariat avec d’autres institutions financières – notamment des caisses de dépôts africaines, PENCOM (le fonds de pension public du Nigeria), la caisse des dépôts française et l’Agence française de développement (AFD) – ambitionne de contribuer à la mobilisation de l’épargne domestique et mettre ainsi à la disposition des projets « verts » des moyens de financement supplémentaires.
L’enjeu ici est donc de pallier à l’insuffisance des fonds alloués jusque-là au continent dans le cadre de sa transition écologique. Ce, alors que la mise en œuvre effective des NDC (contributions nationales) des États de la région devrait en effet générer « des besoins de financements colossaux », a souligné Abdelllatif Zaghnoun, directeur général de la CDG.
Au nombre des objectifs assignés à ce réseau figurent l’intégration du climat dans les décisions de financement et les stratégies de développement ainsi que l’adoption par les membres de mesures communes pour évaluer leur empreinte carbone.
Par ailleurs, les Etats membres devront également adhérer aux coalitions mondiales d’investisseurs tels le PRI (Principles for responsible Investment) et s’engager à apporter leur aide à l’identification de projets et leur soutien financier aux programmes d’investissement pour l’Afrique.

Il faut noter que le réseau reste ouvert aux bailleurs de fond non africains, aux banques de développement,  aux banques commerciales et aux fonds d’investissement.
Share Button