obligation-verte
.Par Jean Mermoz Konandi, envoyé spécial à Marrakech.
Bank Al-Maghrib, la banque centrale marocaine, a acquis ce lundi 100 millions de dollars d’obligations vertes (ou green bonds) auprès de la Banque mondiale, dans le sillage de la COP 22. Un investissement qui « servira à financer des projets de développement durable, par la Banque mondiale, y compris dans des pays d’Afrique » a indiqué dans un communiqué Abdellatif Jouahri, gouverneur de l’institution monétaire.
 
« Nous avons besoin d’un système financier mondial adapté à la prise en compte des risques et des opportunités liés au changement climatique. À cet égard, le développement du marché des obligations vertes est essentiel pour mobiliser les flux de capitaux privés indispensables à la lutte contre le changement climatique » s’est félicité  le président du groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim.
 
Ces obligations à trois ans assorties d’un taux d’intérêt fixe à coupon semi-annuel viendront à échéance le 15 décembre 2019.
 
Depuis le lancement de sa première obligation verte en 2008, la Banque mondiale en a émis 128 autres libellées dans 18 monnaies, représentant au total l’équivalent de quelque 9,7 milliards de dollars. Ces produits donnent aux investisseurs l’occasion de soutenir des solutions environnementales à travers des titres qui bénéficient de la cote de crédit AAA de l’institution.
 
Il faut noter que ces green bonds servent au financement de projets dans les États membres de la Banque mondiale qui respectent différents critères précis en matière de croissance sobre en carbone et à l’épreuve du climat, dans le but d’atténuer le changement climatique ou d’aider les populations touchées à s’y adapter.
Share Button