Par Ndeye Magatte Kebe

industries-extractives-472x313

Le Sénégal n’est pas considéré comme un pays minier ou pétrolier, c’est ce qui ressort du deuxième rapport sur les initiatives pour la transparence des industries extractives du Sénégal (ITIE)  fourni par  le comité national, le 3 novembre 2016, en marge d’ une rencontre de dissémination et de partage dudit document portant sur l’année fiscale 20I4.    

En effet, selon les institutions de Bretton Woods, on considère un pays riche en ressources naturelles lorsque 25% de ses ressources budgétaires en proviennent. Au Sénégal, la part des industries extractives ne représente que 5,7% des ressources budgétaires, a fait savoir Ismaila Madior Fall, président du comité national ITIE, ajoutant que,  néanmoins, la contribution du secteur dans l’économie reste importante.

Par ailleurs, le rapport révèle qu’entre 2013 et 2014, la contribution du secteur extractif est passée de 46 milliards à 117 milliards FCFA. Le secteur des ressources naturelles contribue pour 1,4% du PIB et emploie plus de 6000 sénégalais, sans compter les emplois indirects et le transfert des technologies. Partant de 2013, l’année de référence de l’ITIE, la part du secteur devrait normalement augmenter avec la multiplication de nouveaux projets miniers et les perspectives de développement des hydrocarbures.

Le rapport de 2014 met aussi en lumière beaucoup d’informations jusque là méconnues à savoir, les produits qui permettent au secteur d’apporter une contribution numéraire dans l’économie comme le calcaire, les cimenteries qui contribuent le plus à hauteur de 32 milliards, l’or qui fournit  prés de  12,5 milliards, le basalte, le zircon à hauteur de 2, 5 milliards.

Dakar reste encore, en matière d’industries extractives, la première région suivie de Thiès et Kédougou.

En ce qui concerne les insuffisances dans le rapport de 2014, le comité national note l’absence de cadastre pétrolier au Sénégal, des divergences sur l’essence de certaines dispositions relatives au code pétrolier, entre autres. 

Dans le périmètre du rapport, le Comité national ITIE a intégré 17 entreprises publiques et privées, en production et en exploration inscrites au cadastre minier pour l’année 2014.

Toutes les entreprises extractives retenues dans le périmètre de conciliation 2014 ont soumis leurs formulaires de déclarations et se sont conformées à la procédure d’assurance et de certification des données à l’exception d’AZ Petroleum.

Selon le président du comité national,  le rapport a ainsi permis d’avoir une meilleure compréhension du secteur et plus d’informations dans un contexte marqué par la découverte d’hydrocarbures dans le bassin sédimentaire sénégalais.

Pour rappel, Le Sénégal a accédé en 2013 au statut de pays candidat à l’ITIE. Il prépare depuis son dossier de validation en vue de l’obtention du statut de pays conforme.

Share Button