cameroun

 

 

Le titre Bolloré Transport & Logistic (SDSC)  a enregistré une hausse de 7,18% à 300 000 FCFA sur la semaine du 24 au 28 octobre 2016. Il s’agit de la troisième performance hebdomadaire à la Bourse régionale des valeurs mobilières d’Abidjan (BRVM) , derrière le spécialiste du crédit bail et automobile  SAFCA Côte d’Ivoire (SAFC) en hausse de 7,31% à 24 895 FCFA et Unilever Côte d’Ivoire (UNLC) en hausse de 7,29% à 21 955 FCFA.  

A l’inverse, les trois plus fortes baisses de la place ont pour nom le distributeur des produits pétroliers  Vivo Energy Côte d’Ivoire (SHEC) qui décroche de 13, 47% à 134 125 FCFA, le spécialiste du catering Servair Abidjan Côte d’Ivoire (ABJC), en perte de 13,3% à 5 200 FCFA et  la bancaire Bank Of Africa Mali (BOAM), qui abandonne 10,13% à 39 990 FCFA.  Dans l’ensemble, les transactions hebdomadaires, en forte hausse,  ont atteint 8 milliards de FCFA.

 

A l’analyse des chiffres, l’on ne peut ne pas faire le parallèle entre le bond réalisé par le titre Bolloré à Abidjan et le déraillement d’un train géré par Camrail, filiale du groupe, le 21 octobre dans la localité d’Eséka. L’accident survenu au Cameroun a fait 79 morts et des centaines de blessés.  Dès le lendemain de la catastrophe, l’Etat du Cameroun a pointé du doigt le groupe français. Le ministre des transports du Cameroun a directement mis en cause l’opérateur ferroviaire, Camrail, affirmant que la décision de rallonger les rames – probablement à l’origine du sinistre-  avait été prise par la filiale du groupe Bolloré. Très prudent, l’industriel breton esquive et pose des actes de communication directe.

Ainsi, le groupe et  son  assureur ont convenu de la mise à disposition d’un montant de 1,5 million de FCFA pour les frais funéraires par victime. Soient 118,5 millions de FCA  au total. « Les ayant-droit des personnes décédées sont priés de se munir d’un certificat genre de mort, de la copie certifiée de la Carte nationale d’identité », précise Camrail.

Depuis la survenance de l’accident ferroviaire d’Eséka, le groupe Bolloré s’est fait représenter au Cameroun par une délégation composée notamment de Philippe Labonne, directeur général Afrique de Bolloré Transport & Logistics, de Eric Melet le directeur général de Bolloré Railways et de Hamadou Sali, le président des conseils d’administration des filiales du groupe au Cameroun et au Tchad, pour transmettre à chacun des blessés, des condoléances. Annoncé au départ, Cyrille Bolloré, le fils de Vincent Bolloré, patron de Bolloré Transport Logistic, n’est pas monté aux premières lignes suivant sans doute les conseils avisés de son staff de communication.

 

 

Ngamsou Felicité et Adama Wade

Share Button