Depuis que le groupe Société Générale a émis un communiqué, fin janvier 2016,  annonçant un partenariat technique avec Obertys  pour le développement de sa filiale Manko dédiée à la microfinance, la finance africaine s’interroge sur l’identité des promoteurs. Qui est donc cette start-up capable d’aller décrocher un partenariat stratégique au cœur de la Défense, le  mythique quartier  parisien  des affaires ? 

Obertys est une petite entreprise qui développe des solutions technologiques dans la pure tradition des Fintech. Son crédo est de porter la banque chez le client pour une relation 100% digitale. Là où il fallait ouvrir une agence de proximité et faire face à 58 millions de FCFA en moyenne de charges d’installation, une tablette et un agent suffisent désormais. «Avec nous, ce n’est pas le client qui va  vers la banque, c’est la banque qui vient trouver son client dans son lieu de travail ou son domicile », explique Mamadou  Ndoye, directeur général de la société.  La solution séduit car adaptée au mode de vie des commerçants, des  professions libérales et des populations actives d’Afrique en général.

 

Au moyen d’une simple tablette connectée à internet, l’agent peut ouvrir un compte à distance au profit d’un nouveau client, enregistrer une demande de prêt et réaliser un certain nombre d’opérations.  La technologie révolutionne la banque de détail et le marché du crédit. L’examen d’une demande de prêt peut se faire à distance sans la réunion physique du comité de crédit.

Une nouvelle solution s’ouvre pour les banques qui, du fait des coûts onéreux de l’élargissement de leurs réseaux physiques, se contentaient de se concurrencer sur un petit portefeuille des 12% bancarisés, en fait surbancarisés. 

Grâce à la technologie, il est possible désormais de prospecter dans les zones les plus reculées sans faire exploser les coûts d’exploitation des banques. «Fort du constat sur la faible bancarisation en Afrique, nous avons mis en place une solution qui permettrait aux banques d’augmenter leur proximité et la mobilité sans forcément ouvrir des agences », ajoute Ousseynou Kane, Directeur associé en charge du pôle Marketing et Commercial. D’ailleurs, poursuit-il, «la plupart des banques ont revu leurs prévisions d’ouverture d’agences en baisse et certaines envisagent même la fermeture d’agences jugées non rentables».

 En mettant leur solution à la disposition de la Société Générale à travers sa filiale Manko, la petite start up est sortie de l’ombre.  Une nouvelle étape s’ouvre pour les trois  associés  qui sont d’anciens cadres du groupe panafricain Ecobank.  Constituée en 2011, Obertys a rencontré, comme toute start up de la sous-région, la défiance d’un marché bancaire hermétique,  peu porté sur le risque. «C’est pourquoi nous avons renoncé au levier de la dette. Nous nous sommes principalement développé sur fonds propres », rappelle M. Ndoye. Un choix qui s’avère gagnant. Après le cap de ses cinq ans d’existence, Obertys voit s’ouvrir  de nouvelles perspectives.

Share Button