Dans  la  perspective  du  Climate  Finance  Day  de  Casablanca  et  de  la  COP22  à  Marrakech,  le  Crédit  Agricole  décide  de ne  plus  financer  de  nouvelles  centrales  ou  extension  de  centrales  électriques  au  charbon.  Plus  aucun  nouveau financement  ne sera donc accordé au-delà des engagements déjà pris.  

Cette  mesure  témoigne  de  l’engagement  renouvelé  du  Crédit  Agricole  à  accompagner  les  grandes  évolutions  de  la société  dans  lesquelles  ses  clients  sont  engagés  en  matière  de  lutte  contre  le  dérèglement  climatique  et  de  transition énergétique.  Elle  étend  les  engagements  pris  en  mai  2015  puis  en  septembre  2015,  en  amont  de  la  COP21,  de  ne  plus financer  les  mines  de  charbon  ou  les  exploitants  spécialisés  dans  cette  activité  dans  le  monde  ni  de  nouvelles  centrales électriques  au  charbon  dans  les  pays  à  haut  revenu.  Les  politiques  d’engagement  du  Groupe  dans  les  secteurs sensibles  pour  l’environnement  et  le  climat  continueront  d’être  adaptées  pour  répondre  au  mieux,  avec  nos  clients,  aux grands enjeux collectifs.

Cette  annonce  enrichit  les  engagements  de  Crédit  Agricole CIB,  banque  de  financement  et  d’investissement  du  Groupe, annoncés  lors  de  la  COP21,  de  structurer  60  Md€  de  nouveaux  financements  climat  d’ici  fin  2018.  Entre  le  1er  janvier  et le 30 septembre 2016, cet engagement a d’ores et déjà été réalisé à hauteur de 22,5 Md€.

Share Button